Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Israël réprime Gaza dans le sang en marge du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 14 Mai 2018



Israël réprime Gaza dans le sang en marge du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem
Le bilan s’alourdit du côté de la bande de Gaza : on parle désormais d'au moins 52 morts et plus de 1 200 blessés du côté des Palestiniens, qui protestaient contre l'inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem lundi 14 mai, la veille de la commémoration des 70 ans de la Nakba.

« Un grand jour » pour Donald Trump. On ne peut pas autant en dire pour les Palestiniens et leurs alliés. Depuis la matinée, des milliers de Palestiniens se sont regroupés près de la barrière de sécurité séparant Gaza d’Israël. Aux jets de pierre lancés par les Palestiniens, l’armée israélienne a répondu par des tirs à balles réelles. Le bilan humain fait état de 52 personnes tuées, un chiffre susceptible d’être revus à la hausse.*

*Mise à jour mardi 15 mai : Le nombre de morts s'élève à 60 désormais à Gaza.

Lire aussi : 70 ans de la Nakba : l’injustice se poursuit pour les Palestiniens

Un usage abusif d’armes à feu dénoncé par l’ONU

Il s’agit de l’offensive israélienne la plus meurtrière contre les Palestiniens depuis la guerre de Gaza de 2014, provoquant des réactions de condamnation à travers le monde. L’ONU, accusant Israël d’un « usage disproportionné de la force », a appelé la puissance occupante « à s’abstenir de toute acte qui pourrait faire de nouvelles victimes et à garantir que les blessés palestiniens aient un accès rapide et sans entrave aux soins médicaux ».

Pour le gouvernement turc, « l’administration américaine est autant responsable qu’Israël de ce massacre (…), a sapé les chances d’un règlement pacifique et provoqué un incendie qui causera davantage de pertes humaines ». De son côté, la France appelle « l’ensemble des acteurs » à éviter un « nouvel embrasement » au Proche-Orient.

Pour l’ancien chef de l’Etat français François Hollande qui a condamné la décision de Donal Trump, « Israël doit prendre conscience que son intérêt est de trouver l’apaisement, éviter l’escalade répressive et mettre un terme à la colonisation ». « La France doit condamner les massacres à Gaza. L'ambassadeur d'Israël à Paris doit être convoqué à l'Élysée pour s'expliquer. La paix agonise sous les coups de Netanyahou », a signifié Jean-Luc Mélenchon, chef de file des Insoumis.

Lire aussi :
Les Etats-Unis célèbrent avec Israël le transfert de leur ambassade à Jérusalem















Votre agenda