Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Islamophobie : le CCIF rectifie Le Figaro

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 6 Mars 2013



Le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) a obtenu un droit de réponse suite à la publication d’un article du Figaro intitulé « Le CCIF, une association qui milite pour le port du voile » et publié le 14 novembre 2012.

Le CCIF reprochait à l’article d’être truffé d’erreurs. Un expert « reconnu » affirmant que le CCIF incarne un « islam identitaire agressif » est notamment cité par le quotidien. L’article tente par ailleurs de démontrer que le collectif se focalise sur la défense du port du voile des femmes pour élaborer ses statistiques d’actes islamophobes.

Autant d’allégations fausses pour le président du CCIF Samy Debah qui, dans son droit de réponse, publié le 28 février, sur le site du Figaro a souhaité rectifier les propos de cet article.

« Membre spécial consultatif de l'ONU, le CCIF est une association antiraciste, non confessionnelle. Il n'encourage ni ne décourage le port du voile par les femmes musulmanes. Le CCIF défend simplement le droit de manifester ses croyances religieuses, protégé par les conventions internationales et le droit national, notamment la loi de 1905. Ce droit appartient à tout(e) croyant(e) : aux porteurs / porteuses de kippa, d'une croix, d'un voile ou d'un turban », y précise Samy Debah.

« Le CCIF ne se focalise nullement sur le voile, ce sont certains éléments de notre société qui le sur-médiatisent. Le CCIF ne fait que défendre, parmi d'autres, les femmes qui choisissent librement de le porter, et qui constituent les premières victimes de l'islamophobie », poursuit-t-il, en ajoutant que le collectif n'incarne nullement un « islam identitaire agressif ».

« Le CCIF n'incarne pas l'islam, et encore moins un islam "identitaire agressif". Il défend les droits d'individus de confession musulmane en tant que citoyens à part entière et non à part, droits expressément garantis par la Constitution française et les traités internationaux », conclut le président du CCIF.

Sur son site, mardi 5 mars, le CCIF fait également remarquer qu’il avait déjà obtenu un droit de réponse en 2005 auprès du Figaro « suite à une information erronée tentant de lier le CCIF au terrorisme ». Ce qui fait dire au collectif que « Le Figaro ne retient pas sa leçon ».

Lire aussi :
« Nous sommes la Nation » : la communication du CCIF contre l'islamophobie
Le CCIF « lésé » par la RATP dénonce une stigmatisation de l’islam
« Le Point » s'en prend à la viande halal