Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Islamophobie : Philippe Tesson poursuivi par la justice

Rédigé par La Rédaction | Lundi 19 Janvier 2015



Islamophobie : Philippe Tesson poursuivi par la justice
La réponse aux propos islamophobes de Philippe Tesson sera judiciaire. Le parquet de Paris a ouvert, lundi 19 janvier, une enquête préliminaire pour « provocation à la haine raciale » contre le journaliste de 87 ans après son passage à Europe 1.

« D'où vient le problème de l'atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? (…) C'est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui ? », avait-il lancé.

Après ses déclarations qui ne sont que peu dénoncées, une rumeur autour de son éviction du Point où Philippe Tesson est chroniqueur avait circulé ces derniers jours. Le directeur de la publication, Etienne Gernelle, a démenti cette information auprès du Monde, estimant que « cette affaire ne concerne pas Le Point ». « Je suis en désaccord total avec les propos de Philippe Tesson, mais j'imagine que ses paroles ont dépassé sa pensée », a-t-il jugé.

« Je pense que tout le monde a compris »

Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération, est allé dans son sens. Il a déclaré sur RMC le 16 janvier que son « ami » a fait une « grosse boulette » mais qu'il est « sûr qu'il ne le pense même pas » parce qu'il est « un homme de la provocation ». Un qualificatif qui n'est pas reconnu pour Dieudonné : dénoncé en chœur, ce dernier a été poursuivi pour « apologie du terrorisme ».

« Lorsque j’évoque les musulmans, je ne parle pas de l’ensemble de la communauté musulmane, j’utilise un terme générique, et je pense que tout le monde a compris », a-t-il assuré auprès du Parisien qui rapporte qu'une plainte a été déposée contre Philippe Tesson par un musulman anonyme choqué par ses propos.

Si les auditeurs ont bien compris une chose, c'est qu'il parlait bien des musulmans dans leur ensemble. Il suffit de réécouter ses déclarations. L'animateur Jean-Marc Morandini avait beau lui tendre des perches, Philippe Tesson n'en a saisi aucune. Il devra s'en expliquer devant la justice.

Lire aussi :
Le non contre l’islamophobie manifesté à Paris
Islamophobie : 116 agressions signalées depuis l’attaque de Charlie Hebdo
Pour Philippe Tesson, les musulmans responsables de « la merde en France »