Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Football : Bruno Metsu, converti à l’islam, enterré au Sénégal

Rédigé par La Rédaction | Lundi 21 Octobre 2013



Bruno Metsu
Bruno Metsu
L'ex-sélectionneur du Sénégal, Bruno Metsu, est inhumé, lundi 21 octobre, à Dakar selon les préceptes islamiques. L’entraîneur français, décédé à 59 ans le 15 octobre en France des suites d'un cancer, s’était en effet converti à l’islam en 2006 et s’était même pris le nom d’Abdul Kareem (Abdou Karim) pour l’occasion, rapporte la presse sénégalaise qui va jusqu’à diffuser le certificat de conversion produit au Moyen-Orient pour appuyer l’information.

Bruno Metsu avait obtenu le respect des Sénégalais en entraînant les Lions de 2000 à 2002. Il leur a permis d’atteindre la finale de la Coupe d'Afrique des Nations en 2002. La même année, il mène l’équipe en Coupe du monde au Japon et en Corée, bat la France - championne du monde en 1998 - lors d’un match mémorable et atteint les quarts de finale pour la première fois de son histoire, sans parvenir à aller plus loin.

Après 2002, Bruno Metsu quitte le Sénégal pour les Emirats arabes unis où il entraîne des clubs et des équipes nationaux jusqu’en 2012, année de la découverte soudaine de trois cancers (foie, colon et poumon) en phase terminale.

Un hommage public lui a été rendu à Dunkerque, vendredi 18 octobre, en présence de près de 400 personnes, dont sa famille et des anciens internationaux avant son inhumation au Sénégal, où il s'est marié par deux fois et où il a souhaité être enterré. « Le président (du Sénégal, ndlr) Macky Sall a pris en charge les frais de transfert de la dépouille mortelle de Bruno Metsu et de toute la délégation » entre la France et le Sénégal, a fait savoir la présidence. « L'Etat sera présent aux côtés de la famille », a-t-il ajouté.

C'est le cimetière musulman de Yoff, à Dakar, qui accueille la dépouille de Bruno Metsu, a annoncé sa famille.

Lire aussi :
Sommes-nous tous des convertis ?
Quand la conversion des stars à l’islam fait polémique
Les rites funéraires islamiques en droit français : la conciliation par l’adaptation