Connectez-vous S'inscrire






Economie

Finance islamique : l'émission d'un gros sukuk annoncé depuis Londres par la BID

Rédigé par Lina Farelli | Samedi 10 Mars 2018

Londres confirme sa place de leader européen sur le marché de la finance islamique. Un sommet a été organisé, lundi 5 mars, dans la capitale britannique avec la Banque islamique de développement, qui a annoncé l'émission prochaine du plus important sukuk de son histoire.



La Banque islamique de développement (BID), dirigé par Bandar Hajjar (au centre) a organisé, lundi 5 mars, un sommet réunissant les principaux acteurs de la finance islamique à la Bourse de Londres ainsi que le maire Sadiq Khan (à droite). © Freuds
La Banque islamique de développement (BID), dirigé par Bandar Hajjar (au centre) a organisé, lundi 5 mars, un sommet réunissant les principaux acteurs de la finance islamique à la Bourse de Londres ainsi que le maire Sadiq Khan (à droite). © Freuds
La Banque islamique de développement (BID) a organisé, lundi 5 mars, en partenariat avec le gouvernement britannique, un sommet réunissant les principaux acteurs de la finance islamique à la Bourse de Londres. Le président de la BID Bandar Hajjar a insisté sur le besoin pour Londres d’être au cœur de la « révolution de la finance islamique » au regard de son classement mondial en matière de services financiers.

Lors de ce sommet auquel a participé le maire de Londres Sadiq Khan ou encore le secrétaire d'État aux Communautés et du Gouvernement local Sajid Javid, Bandar Hajjar a mis l’accent sur le développement régulier et ininterrompu du marché financier islamique, en particulier sur le territoire britannique. Il a également exposé le modèle de prospérité au cœur des transactions financières islamiques.

Pour illustrer l’impact social d’un investissement à grande échelle, l’exemple d’un projet en 2014 qui a permis de soulever 500 millions de dollars pour un programme de vaccination https://www.saphirnews.com/Banque-mondiale-finance-islamique-pour-un-programme-de-vaccination_a19745.html a été évoqué.

La Banque islamique de développement a annoncé le lancement prochain d'un sukuk à hauteur de 2,5 milliards de dollars – « le plus important depuis la création de la BID (en 1973) » – dont les fonds viseront à financer des projets d'infrastructure, d'éducation et de santé dans les 57 pays membres de la BID.

Le London Stock Exchange est aujourd'hui le foyer de très nombreux sukuk (obligation islamique), dont 65 sont estimés à 48 milliards de dollars.

En prenant la parole lors du sommet, John Glenn, secrétaire d'État au Trésor chargé de l'Economie et de la City, a évoqué son soutien sur « des innovations axées sur le marché de la FinTech islamique. Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que cela continue » et ce, en dépit du Brexit.

Lire aussi :
Avec le Brexit, la City exhorte le gouvernement à encourager la finance islamique
Finance islamique : Al Rayan Bank affiche ses premiers bénéfices
Banque mondiale : finance islamique pour un programme de vaccination