Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Egypte : al-Sissi président, l'arrêt de mort des Frères musulmans

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 7 Mai 2014



Abdel Fattah al-Sissi, l’homme fort de l’Egypte qui a mené le coup d’Etat contre Mohamed Morsi, a déclaré, dans un entretien télévisé lundi 5 mai, que les Frères musulmans « n’existeront plus » s’il est élu à la présidence du pays, à la fin du mois de mai.

Evoquant la destitution du président proche des Frères musulmans, il s’est directement adressé aux Egyptiens. « Je veux vous dire que ce n’est pas moi qui a arrêté (les Frères musulmans). Vous, les Egyptiens, êtes ceux qui les ont arrêtés ».

L’ancien ministre de la Justice a une nouvelle fois accusé la confrérie de déstabiliser l’Egypte, en plongeant le pays dans la violence. Il a mis en cause leur lien supposé avec des groupes violents, comme Ansar Beit al-Maqdis, responsable de la mort de membres des forces de l’ordre dans le Sinaï fin 2013.

Depuis l’arrestation de Mohamed Morsi, proche des Frères musulmans, le gouvernement installé par al-Sissi mène une répression sanglante contre les membres et les partisans de la confrérie. Des centaines d’entre eux viennent d’être condamnés à mort, tandis que plus de 1 400 partisans de Morsi ont été tués lors de manifestations par les forces de l’ordre.

La répression est telle que les Frères musulmans avaient demandé à la Cour pénale internationale d’enquêter sur des crimes contre l’humanité mais ont été débouté commis en Egypte.

Au cours de l’entretien, le maréchal à la retraite a déclaré que « l'armée ne jouera pas de rôle au pouvoir en Egypte ». Il a présenté le programme qu’il compte mettre en œuvre pour sortir l’Egypte de la crise, un « Etat de perdition, une nation menacée ».

Lire aussi:
Egypte : pas d'enquête pour crimes contre l'humanité
Egypte : 683 Frères musulmans et leur chef condamnés à mort
Egypte : plus de 500 Frères musulmans condamnés à mort
Les Frères musulmans jugés « terroristes » pour renforcer la répression