Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Religions

Des mosquées du Rhône adoptent le calendrier des horaires de prières communes, une première en France

Rédigé par | Mardi 3 Décembre 2019 à 17:30

Une quarantaine de mosquées membres du Conseil théologique des imams du Rhône (CTIR) ont adopté, fin novembre, le principe d'un calendrier des horaires de prières tiré d’une méthode de calculs unique. Une initiative inédite en France sur laquelle revient pour Saphirnews Azzedine Gaci, recteur de la mosquée de Villeurbanne qui a participé aux travaux de la commission en charge de ce dossier.



Des mosquées du Rhône adoptent le calendrier des horaires de prières communes, une première en France
L’unité des calendriers des horaires de prières en usage dans les mosquées et les foyers musulmans en France est une douce utopie… devenue réalité dans le Rhône. A défaut d’une réflexion nationale qui puisse un jour aboutir sur ce sujet, près de 40 mosquées de diverses sensibilités réunies au sein du Conseil théologique des imams du Rhône (CTIR) ont adopté, samedi 30 novembre, un calendrier des horaires de prières tiré d’une méthode de calcul unique.

Dès la création du CTIR en février 2018, l’harmonisation des horaires de prières au niveau départemental figurait parmi les objectifs fixés par les imams et responsables de mosquées. « Une commission de travail formée d’une dizaine d’imams a été créée à cette fin », nous explique Azzedine Gaci.

Dans ce cadre, « des consultations et des dialogues approfondis avec des imams et des recteurs du département, des scientifiques comme Abd-al-Haqq Guiderdoni, astrophysicien, directeur de recherche au CNRS et directeur de l'Observatoire de Lyon » ont été organisés. « Plusieurs visites sur les hauteurs des Monts du Lyonnais ont également été effectuées pour observer le ciel, le matin juste avant la prière du fajr », avant le lever du soleil, ajoute le recteur de la mosquée Othmane de Villeurbanne.

Après plusieurs mois de travaux, le CTIR a rendu ses conclusions en optant pour les degrés suivants : 13,5° de latitude pour la prière de fajr et 14,5° pour la prière du icha, la dernière de la journée, les deux prières pour lesquelles les horaires peuvent diverger d’un lieu de prière à un autre. « Ce choix a fait l’unanimité car il répondait aux exigences à la fois scientifique, théologique et pratique », affirme Azzedine Gaci. « Ce calendrier, lancé à titre d’expérimentation pendant le mois de Ramadan 1441 (avril/mai 2018), a été définitivement adopté lors de la 4e assemblée plénière du CTIR le 30 novembre, à la mosquée de Meyzieu »

Une solution pour résoudre des incompréhensions

L’adoption d’un calendrier unique des horaires de prières par le CTIR vient apporter une solution locale concrète visant à résoudre les incompréhensions des fidèles à la source de débats intracommunautaires souvent polémiques sur la question, particulièrement pendant le mois du Ramadan.

Jusqu’à présent, « au moins quatre calendriers de prières différents circulent dans la métropole de Lyon », selon les constats du CTIR, qui a réalisé, lors du lancement des travaux, un sondage auprès des mosquées pour connaitre les degrés en usage. Le 12° dont Musulmans de France (ex-UOIF) est adepte arrive en première position, suivi de près du 15° et, enfin, du 18°, le choix préférentiel de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris.

Lire aussi : Horaires de prières : 12 ou 18 degrés, pourquoi choisir ?

« Les musulmans ne comprennent pas pourquoi deux mosquées situées à une centaine de mètres l’une de l’autre ont des horaires de prières différents. Cette incompréhension s’accentue encore plus et atteint son paroxysme durant le jeûne du mois de Ramadan où les différences entre les horaires du fajr (comme du icha, selon les degrés en usage, ndlr) peuvent atteindre les 30 minutes, ce qui pose un grand problème concernant l’imsak (l’horaire recommandé pour arrêter de prendre son repas du matin en période de jeûne, ndlr). Aucune raison ne peut expliquer ces différences dans la même ville, voire dans le même département », signifie Azzedine Gaci.

Une décision forte qui plaide « pour la départementalisation de la représentativité du culte musulman »

La décision du CTIR fait figure d’exemple pour d’autres groupements associatifs musulmans en France. « L'adoption d'un calendrier de prières unique dans le département du Rhône montre qu'il est beaucoup plus facile pour les musulmans de travailler ensemble au niveau local. Cela plaide pour l'idée d'une départementalisation de la représentativité du culte musulman », estime le recteur de la mosquée de Villeurbanne.

Il est à noter que les mosquées liées aux fédérations turques dans le Rhône, cinq selon Azzedine Gaci, n’ont pas adopté le principe du calendrier de prières unique, celles-ci disposant déjà « de leurs propres calendriers qu'elles reçoivent de leurs fédérations basées en Allemagne ». D’ailleurs, « aucune mosquée turque ne fait partie du CMR », le Conseil des mosquées du Rhône, lié au CTIR et qui regroupe les représentants d’une cinquantaine de lieux de culte musulmans rhodaniens.

Les calendriers des horaires de prières du CTIR vont être édités dès janvier 2020.

Lire aussi :
Ramadan - Horaires de prières : l’appel à l’unité des fédérations musulmanes en France
Horaires de prières : 12 ou 18 degrés, pourquoi choisir ?

Et aussi :
Les imams du Rhône martèlent l’obligation du mariage civil comme préalable au mariage religieux
Depuis la Grande Mosquée de Lyon, le Conseil des mosquées du Rhône institué
Le Conseil théologique des imams du Rhône voit le jour


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur