Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 


Ramadan

Dérogation au couvre-feu pour la fin du Ramadan : « Des risques sanitaires qu’on ne peut se permettre de prendre » (CFCM)

Rédigé par | Mercredi 5 Mai 2021 à 18:55

           

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) réagit auprès de SaphirNews sur la demande de dérogation au couvre-feu formulée par la Grande Mosquée de Paris pour la Nuit du Destin.



Dérogation au couvre-feu pour la fin du Ramadan : « Des risques sanitaires qu’on ne peut se permettre de prendre » (CFCM)
Le Conseil d’Etat a examiné, mardi 4 mai, le recours de la Grande Mosquée de Paris visant à permettre aux musulmans de se rendre dans les mosquées dans la nuit du 8 au 9 mai pour célébrer la Nuit du Destin, un temps fort du mois du Ramadan. La décision sera connue jeudi 6 mai.*

Lire aussi : Laylat al-Qadr : la Nuit du Destin a-t-elle lieu la nuit du 27 du Ramadan ?

Qu’en pense-t-on au Conseil français du culte musulman (CFCM), qui ne compte plus la présence de la Grande Mosquée de Paris au bureau depuis mars ? Mohammed Moussaoui s’y montre défavorable. « La situation sanitaire ne permet pas de réunir de nombreuses personnes sur une longue durée dans un lieu fermé. Cela comporte des risques sanitaires qu’on ne peut se permettre de prendre », estime le président de l’instance. Par ailleurs, « de nombreuses mosquées ne seront pas prêtes à organiser ce genre de service le soir dans de bonnes conditions ».

« Il faut plutôt encourager les fidèles à faire les tarawih (les prières nocturnes du Ramadan, ndlr) à domicile et, éventuellement, à faire le fajr (suivi du sobh, la prière obligatoire, ndlr) à la mosquée. Le moment le plus important de la Nuit du Destin est sa clôture par le fajr et il existe une tolérance au couvre-feu le matin pour permettre aux musulmans d'accomplir la prière dans les mosquées car elle a lieu pas loin de la limite de 6h », signifie-t-il.

Lire aussi : Ramadan : se rendre à la mosquée pour la prière du matin est possible avant la fin du couvre-feu

Une dérogation récemment refusée aux catholiques par le Conseil d'Etat

Le président du CFCM estime que les chances pour que le Conseil d’Etat accorde la dérogation nationale telle que souhaitée par la Grande Mosquée de Paris serait difficile à obtenir, en faisant référence à une décision rendue fin mars par le Conseil d’Etat dans une affaire similaire.

Faisant valoir une atteinte disproportionnée à la liberté de culte, deux associations catholiques avaient en effet demandé une dérogation au couvre-feu afin de se rendre aux offices de la Semaine sainte après 19h, heure de début du couvre-feu. Mais le juge des référés a rappelé que la liberté de culte devait être « conciliée avec l’enjeu de protection de la santé de la population ». Or, « une nette aggravation de la crise sanitaire » a été relevée. Cinq semaines plus tard, la donne a-t-elle changé de sorte à ce que la décision puisse être autre que le refus ? Ce sera au juge des référés de trancher en fonction des données dont il dispose.

D’ici le rendu de son verdict, dans le cas où la réponse est négative, « il ne faudra pas faire croire à nos jeunes, aux esprits fragiles, que les musulmans font face à un deux poids, deux mesures », affirme Mohammed Moussaoui.

De son côté, Chems-Eddine Hafiz, qui assure que sa demande est « limitée et raisonnable », a fait savoir que, « dans notre pays, qui est un État de droit et de liberté, le débat devant le juge ne signifie pas l'affrontement mais la recherche d'une garantie ». « Bien entendu, quelle que soit la valeur sacrée donnée à la "Nuit du Destin", tous les musulmans respecteront la décision du Conseil d'État », avait conclu le recteur.

*Mise à jour : Le Conseil d’Etat rejette la demande de la Grande Mosquée de Paris, voici pourquoi.

Lire aussi :
Lever le couvre-feu pour la Nuit du Destin ? La Grande Mosquée de Paris saisit le Conseil d’Etat


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur