Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Religions

Dans le Rhône, l’opposition ferme à tout Conseil national des imams émanant de fédérations musulmanes

Rédigé par | Mercredi 24 Novembre 2021 à 13:25

           

Trois jours après le lancement d'un Conseil national des imams qui pourrait annoncer la création d'une seconde structure chapeautée le Conseil français du culte musulman (CFCM), des responsables du culte musulman du Rhône prennent position.



Dans le Rhône, l’opposition ferme à tout Conseil national des imams émanant de fédérations musulmanes
L’installation d’un Conseil national des imams (CNI) porté par quatre fédérations musulmanes ne font pas l’unanimité parmi les musulmans de France. Sans surprise, le Conseil des mosquées du Rhône (CMR) et le Conseil théologique des imams du Rhône (CTIR) font valoir publiquement leur opposition à l’initiative.

Dans un communiqué publié mercredi 24 novembre, les deux instances ont déclaré regretter « amèrement que des structures qui se disent nationales, étalent ouvertement leurs divisions par médias interposés, sur un sujet aussi important et substantiel pour tous les musulmans de France ». « Ces divisions apparaissent à un moment ou les musulmans ont plus que jamais besoin de paix, de sérénité et d’unité », ajoutent leurs représentants.

Le CMR et le CTIR ont répété leur souhait que « la structure de représentation des imams de France doit émerger d’eux-mêmes, d’en bas, au niveau départemental » car « cette départementalisation permet aux imams, d’échapper à toute emprise des pays étrangers et de faire émerger une représentation équitable, viable au niveau national et fondée non pas sur l'origine nationale ou l’affiliation à une fédération mais sur la compétence des imams qui la composent et la qualité des projets qu'ils entendent porter ».

Dans le Rhône, l’opposition ferme à tout Conseil national des imams émanant de fédérations musulmanes

Contre un second CNI sous l'égide du CFCM

Mohammed Moussaoui a annoncé la création prochaine d’un CNI sous l’égide du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui soit impulsé par des conseils départementaux du culte musulman. Les instances rhodaniennes seraient-elles davantage favorables à l'émergence de ce CNI ? Si une telle structure vient à être créée en décembre, c’est un non de principe qu'exprime auprès de Saphirnews par Azzedine Gaci.

Pour ce porte-parole du CTIR, le lancement d'un CNI doit émaner des imams et non de responsables de mosquées, et encore moins de représentants des fédérations. « La mise en place des conseils des imams au niveau départemental demande beaucoup de temps et d’énergie. Or, leur nombre se compte sur les doigts d’une seule main. Comment voulez-vous créer un CNI avec cela ? », s’interroge le recteur de la mosquée de Villeurbanne. « On va encore créer un CNI qui n’émane pas de la base. Toute démarche qui émerge par le haut n'est pas bonne car elle est destinée à avoir le même parcours que le CFCM. Nous (le CMR et le CTIR) sommes indépendants et restons véritablement attachés à notre indépendance. »

Lire aussi :
Conseil national des imams : un lancement en fanfare sur fond de crise au sein du culte musulman
Du Rhône à l'Eure-et-Loir, la contestation monte dans les mosquées de France contre la charte des imams
Des mosquées du Rhône adoptent le calendrier des horaires de prières communes, une première en France

Et aussi :
La structure de représentation des musulmans de France doit émerger d’eux-mêmes, de la base


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur