Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Baby Loup : France 3 accusée de censurer un sondage (vidéo)

Rédigé par | Jeudi 28 Novembre 2013



« Etre licencié pour port du voile au travail vous choque-t-il ? » Cette question était posée aux internautes, mercredi 27 novembre, à l’issue de la décision de la Cour d’appel de Paris confirmant le licenciement de la salariée voilée de la crèche privée Baby Loup.

A la clôture du sondage, 130 382 internautes y ont participé. Comme en témoigne notre capture d’écran, 83,1 % des internautes ont répondu « oui » à la question contre 15,8 % de « non ». Les résultats du sondage devaient être délivrés au Grand Journal du Soir 3, mercredi 27 novembre, qui consacrait une partie de son journal à l’affaire Baby Loup avec la présence, en face à face, de Me Michel Henry, l’avocat de Fatima Afif, et de Malika Sorel, ex-membre du Haut Conseil à l’intégration, présente pour défendre une laïcité d’exclusion.

Baby Loup : France 3 accusée de censurer un sondage (vidéo)
Il en fut autrement puisque les présentateurs du journal ont décidé, en dernière minute, de ne pas divulguer les chiffres sur le plateau. Dans un extrait monté mis en ligne par un téléspectateur avisé (voir plus bas), on voit dans un premier temps un Louis Laforge pris au dépourvu de ne pas se voir délivrer les chiffres sensés être servis dans le cadre du débat. C’est à la fin du JT que sa co-présentatrice, Patricia Loison, explique que c’est en raison « d’une activité anormale sur le site » de France TV que les résultats n’ont pas été donnés. Une activité « qui ressemble en gros à du piratage », ajoute Louis Laforge.

Alors réelle problème technique ou censure ? Il est fort à parier qu’une réponse majoritaire négative - « être licencié pour port du voile au travail ne choque pas » - aurait été servie sans difficulté sur le plateau, les sondages étant régulièrement convoqués par la presse pour conforter des opinions qui vont dans le sens voulu par des rédactions. Face à cette grosse déconvenue, de nombreux internautes s'activent dans les réseaux sociaux pour appeler France 3 à s'expliquer et à revenir sur leur décision. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) est aussi mis à contribution pour réagir face à cette affaire sondagière.

Mise à jour jeudi 28 novembre à 17h : Un internaute anonyme a avoué avoir été à l'origine d'un vote massif, déclarant avoir choisi le « oui » près de 64 000 fois dans la soirée du mercredi sans avoir à pirater le site de France TV. Dans son témoignage disponible sur le blog Al-Kanz, il a affirmé vouloir « montrer que ces sondages ne valent rien » et que « France 3 aurait dû publier les résultats » en cohérence avec leur démarche plutôt que de censurer.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur