Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Avons-nous les moyens et la place de mourir demain ?

Par Fatima Adamou*

Rédigé par Fatima Adamou | Vendredi 2 Août 2013



Les tragiques accidents comme ceux qui sont récemment survenus sur les réseaux ferrés en France, en Espagne et en Suisse nous rappellent à la mort. Un moment où l’on se demande si tout aurait été prêt.

Les longues maladies, la vieillesse, les voyages lointains ou bien les pèlerinages nous font penser à notre éventuel départ. Les frais et lieux d’enterrement sont réglés. Lorsque soudain nous pensons être pris au dépourvu.

Nous préparons pourtant, en tant que croyant notre vie future dans l’au-delà. Nous faisons en sorte que notre balance pèse lourd le jour J. Malgré cela, la transition, elle, est négligée.

Nous n’avons plus d’excuses, les pompes funèbres musulmanes fleurissent un peu partout en France. Cela a un coût. Et on nous prévient : ne pas s’y prendre à l’avance revient plus cher.
Il existe dans certaines communautés des caisses de villages, villages des pays d’origine de certains immigrés. D’autres préfèrent la méthode plus pratique sans souci de l’assurance : un prélèvement automatique tous les mois, tous les ans. Tout sera prêt le jour J. On ne pèse pas financièrement sur la famille après son départ.

L’impossibilité de souscrire à une assurance ou de prendre part à une cotisation communautaire n’est pas vraiment considérée. Alors, dans cette éventualité, le jour venu, un proche du défunt active les réseaux familiaux ou amicaux pour avancer les frais. Toutefois, cette solution d’urgence laisse celles et ceux qui n’ont pas un réseau social important dans le désarroi.

Nous ne souhaitons pas que la mort devienne un commerce comme celui du mariage, au point que celui-ci est retardé par nombre de jeunes gens ne pouvant se l’offrir.

Ni nous ne souhaitons que les pompes funèbres mutent en simple prestataire de services, nous dispensant d’apprendre les rituels comme la toilette mortuaire, les conditions de la cérémonie religieuse ou même de veiller en prière coranique pour le défunt.

On ne sait jamais où la mort peut frapper. Le besoin de personnes instruites des gestes et prières rituels est toujours nécessaire. Ils devraient être comme les gestes de premier secours, indispensables. Car, contrairement au mariage, on ne peut différer la mort le temps que toutes les conditions soient réunies.
Même si les questions de frais et de prise en charge sont réglées, reste la question de l’inhumation. Toutes les communes de France ne disposent pas de carrés musulmans.

Que ferons-nous si un grand nombre de musulmans décèdent subitement comme cela arrive dans les accidents ?

C’est notre démarche de faire la requête de ces lieux de sépultures avec nos représentants religieux. Sans doute cela n’ira pas sans quelques réticences ni résistances ici et là, mais cela reste notre devoir.

Notre devoir est également de discuter du renouvellement des concessions, et d’éventuels placements dans des ossuaires lorsque le renouvellement n’est pas possible ; une discussion au sein des communautés musulmanes mais également avec les autorités françaises dans le but de faciliter sereinement l’application de nos traditions religieuses.

Peut-être parce que les règles de l’islam codifient à l'avance les questions d'héritage et de succession, la mort et le devenir des survivants ne sont pas un sujet évoqué régulièrement comme il peut l’être dans certaines communautés non musulmanes.

Cependant, c’est un sujet qui doit nous préoccuper autant que les autres. L’acceptation des Français de confession musulmane passe aussi par les questions funéraires.
Cette fin de mois de recueillement spirituel pendant lequel on prépare notre future demeure est un bon moment pour réfléchir aux moyens de sensibiliser beaucoup plus sur ce sujet.


* Tutrice de français en Grande-Bretagne, Fatima Adamou est également researcher bénévole à l'association Christian Muslim Forum.