Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Avec la mousson, un Ramadan laborieux pour les Rohingyas du Bangladesh

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 16 Mai 2018



Avec la mousson, un Ramadan laborieux pour les Rohingyas du Bangladesh
Le mois du jeûne, qui commencera vendredi 18 mai, s’annonce difficile et pénible pour les Rohingyas dans les camps de réfugiés précaires au Bangladesh où ils ont trouvé refuge suite à des persécution de l’armée birmane.

« En Birmanie, faire le Ramadan aurait été plus facile, ici il n’y a rien. Nous ne recevons aucune nourriture spéciale pour rompre le jeune. Mais peu importe, nourriture ou pas, nous ferons quand même le Ramadan », explique un réfugié auprès d'Euronews.


Des centaines de milliers de familles vivant dans des structures aussi fragiles qu’insalubres ne possèdent pas les ressources nécessaires pour rompre le jeûne correctement. Aggravant encore plus la situation, la mousson qui débute risque d’apporter de fortes pluies dans des camps où l’eau n’est ni évacué, ni purifié, entraînant des maladies intestinales et des diarrhées aux conséquences souvent fatales.

Le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés Filippo Grandi a adressé, mercredi 16 mai, ses meilleurs vœux aux réfugiés du monde entier dont les Rohingyas.