Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 






Sur le vif

Après Christchurch, le touchant périple d'un nonagénaire néo-zélandais pour manifester sa solidarité

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 29 Mars 2019



Après Christchurch, le touchant périple d'un nonagénaire néo-zélandais pour manifester sa solidarité
Deux semaines se sont écoulées depuis les attentats contre deux mosquées de Christchurch, qui ont provoqué la mort de 50 fidèles musulmans. Dans ce laps de temps, de nombreuses actions et rassemblements ont été organisés en Nouvelle-Zélande pour rendre hommage aux victimes, soutenir leurs familles et dire non au racisme. Une marche contre le racisme a été organisée à Auckland, dimanche 24 mars ; une mobilisation qui a vu la participation d’un vétéran de la Seconde Guerre mondiale que son grand âge n'a pas empêché de marquer physiquement de sa solidarité.

John Sato est, en effet, âgé de 95 ans. Profondément touché par ces attentats, ce veuf depuis 15 ans, qui a perdu sa fille unique en 2018, a tenu à assister à la marche. Bien qu’ayant des difficultés à se déplacer, il a accepté de faire un long périple pour parvenir au point de rendez-vous à Auckland. Le nonagénaire a dû changer de bus quatre fois, suscitant l'admiration de ses concitoyens. Il est devenu un des nombreux symboles de ce qu'a produit de plus beau l'émotion générée par la tragédie de Christchurch.

« Le jour de l’attentat, je suis resté éveillé une bonne partie de la nuit et je n’ai pas très bien dormi depuis. J’ai trouvé cela tellement triste. On peut ressentir la souffrance des autres », a déclaré John Sato à la presse néo-zélandaise. Bien qu’il ait reconnu avoir perdu le contact « avec le monde moderne », il lui a paru inconcevable de ne pas se manifester publiquement.

A son arrivée sur le lieu du rassemblement, de nombreuses personnes, émues par sa présence, l'ont aidé. Un policier et un citoyen l’ont ainsi escorté pendant toute la marche. « Le policier m’a ramené à la maison et a attendu de me voir monter les escaliers pour repartir. Vous voyez ce que les tragédies comme Christchurch font ressortir chez les gens : le meilleur de l’humanité », a rapporté John Sato. « Les gens réalisent soudain que nous ne faisons qu’un. Nous nous soucions les uns de autres », a-t-il conclu.

Lire aussi le dossier de Saphirnews autour des attentats de Christchurch

Et aussi :
A Christchurch, l'émouvant hommage musical de Cat Stevens, alias Yusuf Islam (vidéo)
A Christchurch, une cérémonie nationale à la mémoire des victimes fait battre le cœur de la Nouvelle-Zélande
Attentats de Christchurch : l’émouvant discours d’une commissaire néo-zélandaise « fière d’être musulmane » (vidéo)