Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Affaire Saïd Bourarach : les assises pour quatre hommes

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 28 Mars 2014



Quatre ans après les faits, l’affaire Saïd Bourarach connaît une nouvelle étape.

Quatre hommes accusés d’être impliqués dans la mort du vigile en mars 2010 à Bobigny (Seine-Saint-Denis), ont été renvoyés devant les assises par la cour d’appel de Paris pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner avec usage ou menace d'une arme ». Celui-ci a confirmé, mercredi 26 mars, la décision d’un juge d'instruction de Bobigny prise en septembre 2013 mais qui fut contesté par des plaignants.

La victime âge de 35 ans, qui travaillait en tant qu’agent de sécurité pour le magasin de bricolage de Bobigny Baktor, avait été pris à partie par un client le 30 mars 2010. Celui-ci, qui s’était vu refusé l’entrée du magasin à sa fermeture, était alors revenu avec des amis. Des coups ont fusé, suivis d’une course-poursuite qui finit dans le canal de l’Ourcq pour Saïd Bourarach. Il présentait à l’autopsie de nombreuses traces de violences.

Les accusés affirment qu’il se serait jeté lui-même dans le canal. Pas la famille pour qui il s’agit d’un crime raciste, en raison notamment du lien présumé des agresseurs avec la Ligue de défense juive (LDJ). Cependant, la charge raciste n’a pas été retenue par la justice. Les quatre hommes encourt 15 ans de prison de réclusion criminelle.

Lire aussi :
KKL, Magav, LDJ... ces organisations sionistes établies sans gêne à Paris
Saïd Bourarach : ceux qui ont tué le vigile de Bobigny
Bobigny : hommage à Saïd Bourarach, mort pour rien