Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Politique

Affaire Hassan Iquioussen : l'étape judiciaire du Conseil d'Etat attendue avec fébrilité

Rédigé par | Lundi 22 Août 2022 à 12:55

           

Hassan Iquioussen a été conforté en premier instance par la justice dans son droit à demeurer en France. Le sera-t-il par le Conseil d'Etat ? La procédure en appel du jugement suspendant l'arrêté d'expulsion émis à l’encontre du prédicateur approche, avec de gros enjeux à la clé pour les deux partis.



Affaire Hassan Iquioussen : l'étape judiciaire du Conseil d'Etat attendue avec fébrilité
Les affaires de rodéos urbains a agité l’actualité des derniers jours, et le ministère de l’Intérieur a veillé à montrer sa fermeté pour lutter contre ce phénomène dangereux. Il est une autre affaire qui préoccupe tout autant Place Beauvau, celle que l'on baptise désormais du nom de Hassan Iquioussen que Gérald Darmanin est déterminé à vouloir expulser vers le Maroc. Après avoir essuyé un premier revers devant le tribunal administratif de Paris, il espère obtenir gain de cause, cette fois devant le Conseil d'Etat qui examine l'affaire vendredi 26 août. Il s'agira de savoir, en appel, si l'arrêté d'expulsion émis à l’encontre du prédicateur musulman est suffisamment fondé pour être mis en application.

La bataille est juridique mais surtout politique pour le gouvernement, à l'heure où la force de gravité est sans conteste à droite, avec une pression exercée par l'extrême droite qui se fait plus forte depuis les dernières élections législatives. Tandis que le ministère maintient l'essentiel de ses accusations visant à présenter Hassan Iquioussen comme un danger pour la République, le comité de soutien de ce dernier est tout occupé à préparer sa défense avec un même mot d'ordre : « On fait confiance à la justice. » L’enjeu pour l’imam qui espère remporter une nouvelle bataille judiciaire, c’est, au-delà de la procédure en référé, de « pouvoir se défendre des accusations lors d'une procédure au fond depuis la France et non depuis l'étranger », indique auprès de Saphirnews un membre de son entourage. Cette volonté implacable du Gérald Darmanin à « mettre hors circuit » un prédicateur aussi connu que Hassan Iquioussen est « un mauvais signal envoyé aux imams et aux mosquées, qui craignent encore plus de voir leurs discours épluchés et mal interprétés. L'idée, c'est de leur faire peur, c'est évident », analyse-t-il.

Une solidarité mise à l’épreuve ?

Les « invitations » préfectorales - que d'aucuns parmi des acteurs musulmans appellent « convocations » - lancées ces derniers jours aux mosquées ayant témoigné leur soutien au prédicateur semblent y participer. Plusieurs d’entre elles ont en effet reçu des coups de fil de préfectures. C'est le cas en Seine-et-Marne, dans le Rhône mais aussi dans le Nord, le fief de Hassan Iquioussen, où une trentaine de lieux de culte ont très tôt témoigné leur soutien.

Certaines ont confirmé avoir été appelées pour des rendez-vous qui ont, pour partie, déjà eu lieu. Mais à l’instar du CDCM 77, les retours sont plutôt « positifs ». « Les préfectures ne s'attendaient sans doute pas un tel soutien, elles sont vraiment dans l'envie de comprendre pourquoi ils (les responsables) soutiennent Hassan Iquioussen », nous déclare une source locale. « Il n'y avait pas d'injonction dans les demandes formulées. (...) On espère maintenant que ces mosquées ne subiront pas de mesures de contrôle (abusives) ou ne feront pas marche arrière dans leur soutien par peur d'en subir. »

A ce jour, la solidarité semble tenir. La cagnotte pour financer les frais judiciaires a atteint plus de 58 000 €. Avec une promesse à la clé, celle de reverser « le surplus de cette cagnotte aux autres imams qui subissent les mêmes pressions de la part de l'Etat ». Pour le moment, le comité de soutien déclare ne pas savoir de quelle somme elle a besoin. « On n'en est qu'au début (de l'affaire). Après ces procédures, il y en aura d'autres au fond », nous déclare-t-on. En parallèle, plusieurs plaintes en diffamation ont été annoncées contre des journaux et des hommes politiques dont Gérald Darmanin et des membres du Rassemblement national (RN). Mais la priorité, pour le comité de soutien, « c’est de se concentrer sur l’audience devant le Conseil d’Etat ». De toutes parts, son verdict sera attendu de pied ferme.

Mise à jour mardi 30 août : Le Conseil d’Etat tranche en faveur de l’expulsion de Hassan Iquioussen, voici pourquoi

Lire aussi :
Affaire Hassan Iquioussen : les mosquées de Seine-et-Marne dans le viseur de l'Etat ?
Justice : le tribunal administratif suspend l'expulsion de Hassan Iquioussen
Expulsion de Hassan Iquioussen : la justice appelée à trancher dans le vif, retour sur l'audience
Expulsion de Hassan Iquioussen : la CEDH rejette la demande de suspension
Affaire Hassan Iquioussen : la LDH et l’UJFP s’offusquent de la menace d’expulsion
Affaire Hassan Iquioussen : les témoignages de soutien des mosquées se multiplient en France
Musulmans de France en défense à Hassan Iquioussen, son président s'exprime
Le prédicateur musulman Hassan Iquioussen sous la menace d’une expulsion


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur