Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 


 


Monde

Affaire George Floyd : l'ex-policier coupable, un verdict historique contre le racisme systémique

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 21 Avril 2021 à 07:30

           

L'Amérique respire mieux après le verdict très attendu rendu dans l'affaire George Floyd. L'ex-policier Derek Chauvin a, en effet, été reconnu coupable mardi 20 avril. Le président américain Joe Biden a salué une décision qui peut impulser « un changement significatif » dans la lutte contre « le racisme systémique » qui mine les Etats-Unis.



Affaire George Floyd : l'ex-policier coupable, un verdict historique contre le racisme systémique
Le jury est parvenu à un verdict unanime. Après trois semaines de procès au tribunal de Minneapolis (Minessota), l'ancien policier Derek Chauvin a été reconnu coupable, mardi 20 avril, des trois chefs d'accusation pour lesquels il comparaissait : homicide involontaire, meurtre aux deuxième et troisième degrés et violences volontaires ayant entraîné la mort de George Floyd.

L'homme, qui a plaidé non coupable et avait refusé de s'exprimer lors de son procès, risque désormais jusqu'à 40 ans de prison. La sentence sera prononcée d'ici à deux mois par le juge Peter Cahill, qui a présidé le procès.

Un verdict pour l'Histoire

« Coupable ! Une justice obtenue dans la douleur a finalement été accordée à la famille de George Floyd. Ce verdict est un tournant dans l'Histoire », a réagi Ben Crump, l'avocat de la famille de George Floyd. Historique car, « pour la première fois dans l'histoire de l'État du Minnesota, un officier de police blanc a été tenu pour responsable de la mort d'un homme noir », note l'Association américaine pour les libertés civiles (ACLU).

La vidéo insoutenable montrant les derniers instants du quadragénaire immobilisé au sol par Derek Chauvin, genou au cou, est un élément clé de l'affaire qui a clairement fait la différence. Les images, qui ont fait le tour de la planète et provoqué des manifestations massives dans le monde, ont indubitablement rendu la tâche plus facile pour les 12 jurés sélectionnés pour un procès hors norme, massivement suivi par les Américains.

L'annonce de la culpabilité de Derek Chauvin, renvoyé des rangs de la police après la mort de George Floyd, a immédiatement suscité une vague de soulagement aux Etats-Unis, d'abord chez les proches de l'Afro-Américain tué fin mai 2020 à Minneapolis. La famille a reçu un appel de Joe Biden dont le soutien est marqué.

Une affaire qui illustre « le racisme systémique » aux Etats-Unis

« Le verdict de culpabilité ne fera pas revenir George », a indiqué après le verdict le président américain depuis la Maison Blanche. « C'était un meurtre en plein jour qui a ouvert les yeux au monde entier sur le racisme systémique », a-t-il déclaré, ajoutant que le verdict peut être le moment d'un « changement significatif » pour lutter contre le racisme. « "Je ne peux plus respirer": ce furent les derniers mots de George Floyd. Nous ne pouvons les laisser mourir avec lui. Nous ne devons pas nous détourner. »

Lire aussi : Contre le racisme et les violences policières, la Haut-Commissaire de l’ONU plaide pour des réparations

Tout comme la vice-présidente Kamala Harris, plusieurs autres anciens présidents ont réagi au verdict. « Aujourd'hui, un jury à Minneapolis a fait ce qu'il fallait faire. (...) Mais si nous sommes honnêtes, nous savons que la vraie justice va bien plus loin qu'un seul verdict dans un seul procès », a fait savoir le couple Obama.

« Si le verdict ne nous ramènera pas George Floyd, il peut nous aider à empêcher d'autres morts insensées et nous rapprocher du jour où nous serons tous traités de la même manière », a affirmé, pour sa part, Bill Clinton.

« Le meurtre de George Floyd a été un point de rupture dans la façon avec laquelle nous considérons les problèmes de race et de justice dans notre pays, et nous sommes heureux de voir que la justice semble avoir été rendue », ont déclaré les responsables de la NBA dont de nombreux joueurs ont participé au mouvement de boycott.

A l'étranger aussi, plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement ont réagi au verdict. « Le verdict rendu aujourd’hui aux États-Unis pour le meurtre de George Floyd est un pas dans la bonne direction. Mais le racisme systémique et le racisme envers les Noirs existent encore, incluant au Canada. Nous devons poursuivre notre travail, et nous allons le faire », a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau. En France, en revanche, les réactions politiques ne se bousculent pas à ce stade.

George Floyd est devenu un symbole tant aux Etats-Unis que dans le monde du racisme et des violences policières contre les minorités. Après une plainte déposée au civil en juillet 2020, sa famille a conclu en mars avec la Ville de Minneapolis un accord en dommages-intérêts de 27 millions de dollars (22,5 millions d’euros). « Cet accord n’est pas seulement historique par les 27 millions payés, mais aussi par les réformes de justice sociale et de police » lancées par la municipalité, avait alors félicité Ben Crump. « Il envoie le message que prendre la vie d’une personne noire ne sera plus considéré comme sans importance ou sans conséquence. »

Mise à jour : Le verdict est tombé vendredi 25 juin. Derek Chauvin a été condamné à 22 ans et demi de prison. « Cette condamnation historique fait franchir à la famille Floyd et à notre nation un pas de plus vers la réconciliation en leur permettant de tourner la page et en désignant des responsables », a salué l’avocat de la famille de George Floyd, Ben Crump, tandis que Joe Biden a salué une peine « juste ».

Lire aussi :
Assa Traoré désignée « gardienne de l'année » par le Time
A Stains, une fresque en hommage à Adama Traoré, à Georges Floyd et aux victimes de violences policières
Ahmed Sylla : « Toutes les voix comptent » contre le racisme et les violences policières (vidéo)
« Réveillons-nous » : le vibrant appel d’Omar Sy contre les violences policières en France