Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Affaire Asia Bibi : où sont passées la sagesse et la compassion dont faisait preuve le Prophète de l’islam ?

Rédigé par Gabriel Hagaï | Lundi 5 Novembre 2018



Affaire Asia Bibi : où sont passées la sagesse et la compassion dont faisait preuve le Prophète de l’islam ?
L’affaire Asia Bibi – telle qu’elle nous l’a été présentée ici par les médias – est viciée depuis le début. Si cela est vrai, la manière dont cette pauvre femme a été traitée est une honte, et une atteinte à la justice, au bon sens et à l’intelligence. Que ses détracteurs se réclament de l’islam ajoute au dégoût que tout cela m’inspire. On est très éloigné, me semble-t-il, du message originel du Coran.

Les hordes de barbus hystériques manifestant au Pakistan pour demander l’exécution d’Asia Bibi pour un crime qu’elle n’aurait pas commis me navrent au plus haut point. Certes, ces masses fondamentalistes ont été manipulées, car on ne leur a pas servi les mêmes informations que nous. Ceci dit, quelle image désolante (et effrayante) donnent-ils ainsi de leur religion !


Déjà – peut-on se demander –, le crime de blasphème lui-même mérite-t-il la peine capitale ? Est-ce vraiment une nécessité coranique ? Et même si l’on y répondait affirmativement, ne chercherions-nous pas les circonstances atténuantes pour l’éviter ? Après tout, ce sont des femmes musulmanes (en tout cas, se réclamant comme telles) qui auraient refusé – par pure méchanceté et jalousie, apparemment – de boire l’eau puisée au puits par Asia, puis qui l’ont accusée d’avoir blasphémé. Que cette pauvre chrétienne ait fait ou non ce dont on l’accuse, mérite-t-elle autant d’acharnement ? Les personnes qui ont défendu l’innocence d’Asia ont-elles mérité d’être assassinées ? Où sont passées la sagesse, la compassion et l’humanité dont faisait preuve Muḥammad ?

Les agissements des tribunaux d’inquisition religieuse (quelle soit-elle) ne sont jamais des épisodes dont l’histoire humaine est fière. Ceux-ci sont caractérisés par leur bigoterie, leur cruauté, et leur manque de discernement. Ils s’acharnent particulièrement sur les femmes, sur les minorités (culturelles, religieuses, raciales, etc.), et sur celles et ceux qui remettent en question l’hégémonie des tartuffes pervertissant la religion à leurs propres fins. Combien de charniers ont-ils été ainsi remplis de par le monde ? Est-ce là le message qu’une religion voudrait laisser à la postérité ?


Qu’Asia Bibi soit finalement acquittée est une excellente nouvelle, qui redore un peu l’image écornée de la justice pakistanaise. Espérons que le gouvernement du Pakistan ne plie pas sous la pression de fanatiques religieux assoiffés de sang pour faire marche arrière. Prions pour que cette pauvre femme puisse enfin retrouver en paix sa famille, et vivre sa vie comme elle n’aurait jamais dû en être empêchée.

*****
Rabbin orthodoxe, Gabriel Hagaï est enseignant-chercheur, philologue et paléographe-codicologue. Co-auteur avec Ghaleb Bencheikh, Emmanuel Pisani et Catherine Kintzler de La Laïcité aux éclats (entretiens avec Sabine Le Blanc, éd. Les Unpertinents, mai 2018).