Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Abd al-Malik envisage de porter plainte contre Ben Harfa

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 18 Janvier 2012



Le slameur Abd al-Malik et son manager Fabien Coste envisagent de porter plainte contre le footballeur Hatem Ben Arfa. Une annonce qui fait suite à l'interview accordée par Hatem Ben Arfa au journal L'Equipe, dans laquelle le sportif accuse l'artiste et son manager d'avoir tenté de « l'endoctriner » au sein d'une confrérie soufie.

Dans cette interview, le footballeur avait affirmé avoir eu contact avec le chanteur en 2008, au cours d'une démarche spirituelle. « Ils m'ont endoctriné à une époque (en 2008) où j'étais très vulnérable. Ils me répétaient que tous ceux qui allaient contre le soufisme étaient des ennemis. Au bout d'un moment, j'avais envie de les suivre, surtout qu'à l'époque j'avais une image idéaliste de la religion », a-t-il déclaré.

Une interview qui a mis en colère l'artiste et son manager. Dans un entretien accordé au Bondy blog, ils démentent les accusations de Ben Harfa et mettent en avant des incohérences dans son discours. « Comment aurions-nous pu le “couper du monde“, le faire entrer dans une “sorte de secte“ alors que nous ne l’avons ni vu, ni lui avons parlé depuis 2008 ! », affirme Abd al-Malik.

Le chanteur s'est également exprimé sur le voyage spirituel qu'ils ont effectué à Oujda, au Maroc. « Une simple visite de 3-4 jours ; une visite de disciples à maître comme nous en faisons régulièrement », une visite au cours de laquelle le joueur n'aurait pas eu à « embrasser les pieds de quiconque », poursuit-il.

Et si Fabien Coste reconnaît avoir « aidé » le joueur lors de son transfert à l'OM, il dément avoir touché de l'argent. « Je l’ai conseillé et accompagné. Dans son intérêt et sans aucune somme perçue ». Dans son interview, le footballeur avait aussi précisé ne pas en vouloir aux deux hommes : « Je suis responsable d'avoir cru à ce qu'ils me disaient », avait-il alors déclaré.

Lire aussi :
Football : Liverpool secoué par des affaires de racisme
Abd Al Malik : « C’est l’islam qui m’a fait aimer la République et mon pays, la France »