Connectez-vous S'inscrire






#1AnAprès

William Barylo : Multiplier les initiatives pour apporter de l’espoir à la société

Rédigé par William Barylo | Mardi 12 Janvier 2016

Un an après les premiers attentats qui ont bouleversé la société française, que faut-il retenir de ces funestes événements et de leurs conséquences ? Quels messages promouvoir et que préconiser pour construire une société meilleure ? Le point sur Saphirnews avec William Barylo, réalisateur du documentaire « Musulmans polonais » et d'une fiction sur la dépression « A Strange Perfume Of Jasmine ». Il pilote également des discussions multireligieuses « Peace Cafés », à Londres.



William Barylo est doctorant en sociologie à l’EHESS, à Paris. Il est le réalisateur d'un documentaire « Musulmans polonais » et d'une fiction sur la dépression « A Strange Perfume Of Jasmine », il pilote des discussions multireligieuses « Peace Cafés », à Londres.
William Barylo est doctorant en sociologie à l’EHESS, à Paris. Il est le réalisateur d'un documentaire « Musulmans polonais » et d'une fiction sur la dépression « A Strange Perfume Of Jasmine », il pilote des discussions multireligieuses « Peace Cafés », à Londres.
Les attentats qui ont secoué la France en 2015 ont eu pour conséquences majeures les vagues d’actes islamophobes qui se sont immédiatement ensuivies. Comme si, à chaque fois, ces tragédies étaient l’occasion de légitimer les discours de haine et les politiques les plus extrêmes. L’obsession du gouvernement pour le renforcement des mesures sécuritaires n’a que davantage détérioré le climat.

Devant les abus répétés des autorités, particulièrement dès le décret de l’état d’urgence, comment garder l’espoir de voir un jour un gouvernement juste et une société harmonieuse ? Le pays « des lumières et des droits de l’homme », tout à coup, est devenu bien semblable à 1984, de George Orwell.

Passer de la justification à l’action

Cependant, j’aime m’accrocher aux histoires positives. À chaque fois, je suis heureux de voir une partie de la société française ne pas tomber dans le piège des médias et des discours politiques ; des initiatives comme #Voyageavecmoi, même si elles sont limitées, montrent une prise de conscience du climat de haine qui règne à l’encontre des musulmans et une certaine empathie de la part des citoyens.

Je suis aussi heureux de voir que le ton général des messages dans la communauté musulmane est passé d’une posture de justification du type #NotInMyName à une posture plus confiante. J’ai le sentiment que la communauté musulmane en est ressortie plus forte, consciente que la solution est de persévérer et ne pas perdre son temps et son énergie dans des dialogues vains avec ceux qui ne veulent pas abandonner leur haine.

La politique avec et pour les citoyens

Au gouvernement : changez pour une politique d’inclusion et inspirez-vous des pays nordiques. Depuis l’enfance, mes oreilles ont été bercées par le mot « Vigipirate ». Depuis plus de 20 ans, on accroît les mesures sécuritaires, la surveillance, le fichage, sans faire diminuer les risques. Je veux pourtant croire que les politiciens se rendront compte un jour que c’est ici une stratégie stérile pour les citoyens et perdante en termes de popularité.

Le berceau de la violence réside dans les inégalités sociales et économiques… Nombre de travaux scientifiques le prouvent : à force de délaisser les citoyens, les privant de l’espoir de s’épanouir, discriminés en fonction de leur religion, leur arrière-plan culturel ou leur lieu de résidence, accumulant les frustrations, il devient facile de voir le gouvernement en ennemi.

À cela, une seule solution : faire de la politique avec et pour les citoyens. Il s’agit d’écouter la voix experte des chercheurs, des responsables associatifs, des étudiants, puis soutenir toutes les initiatives sociales de type interreligieux, formations à l’entrepreneuriat, associations de terrain… Si les franges les plus marginalisés de la société se sentent écoutées, qu’on leur donne les outils pour s’en sortir et de l’espoir, comment songer à la violence ou à quitter la France ?

La simple présence fait la différence

Associations musulmanes : continuez ! Multipliez les initiatives,que ce soit pour les démunis, les étudiants, les jeunes, les anciens, continuez d’apporter de l’espoir à la société. Rassemblez du monde, quelles que soient la culture, la religion ou les opinions politiques.

Citoyen-ne-s musulman-e-s, prenez part dans la politique de votre ville, de votre quartier, de votre université, assistez aux conseils municipaux. J’ai vu des équipes municipales, des représentants de l’État, passer d’abord de la plus grande méfiance à l’égard des musulmans, puis devenir leur plus grand soutien.

Rien qu’une présence peut faire une énorme différence, et je parle par expérience.




Loading