Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un journaliste agressé par la LDJ dans une manif anti-AFP

Rédigé par La Rédaction | Lundi 26 Octobre 2015



Un journaliste agressé par la LDJ dans une manif anti-AFP
Quand pourrait-on espérer la dissolution de la Ligue de Défense Juive (LDJ) ? Connu pour ses méthodes violentes, le groupuscule sioniste a rassemblé une centaine de ses partisans devant les locaux de l’Agence France Presse (AFP) jeudi 22 octobre à 18h à Paris. Il s’agissait de protester contre « la désinformation des médias sur Israël », indique le compte Twitter de l’organisation. Les militants sont venus armés, prêts à en découdre avec les journalistes « incriminés ».

Insultes, pétards et jets de projectiles, ce à quoi le journaliste David Perrotin de Buzzfeed, présent sur les lieux pour couvrir la manifestation, a assisté. Mais peu après avoir posté les images sur son compte Twitter, il est lui-même menacé. « Une manifestante me dit : "Je préviens la LDJ que vous êtes là, Monsieur Perrotin" », raconte-t-il.

Une dizaine de personnes cagoulées et, pour certaines, armées de bâtons, se sont alors dirigées vers le journaliste, qui a été pris à parti et violenté. Ce dernier a pu être mis à l’abri dans les locaux de l'AFP, avant d'être exfiltré par la police. « Il a reçu plusieurs coups dans le dos qui n’ont heureusement pas laissé de marques, et un coup à la tête, qui selon un policier était un coup de casque d’un manifestant. Dans la confusion, les policiers ont d’abord donné quelques coups à David Perrotin avant de comprendre qu’il était journaliste. Ils l’ont alors laissé entrer se réfugier dans les locaux de l’AFP en repoussant les militants de la LDJ avec leurs matraques », racontre Cecile Dehesdin, rédactrice en chef de Buzzfeed. Une plainte a été déposée contre X pour l'agression du journaliste.

De son côté, la LDJ s'est félicité de cette pression à peine voilée sur Twitter. En légende d’une vidéo où des projectiles sont brûlés, le post suivant : « Nous avons rappelé aux médias qu'ils ne ne pourront jamais détruire Israël par leurs mensonges. Bravo aux présents ! »

Cette action n’a été suivie d'aucune interpellation de la police. En été 2014, lors des manifestations pour Gaza, le ministère de l'Intérieur avait un temps envisagé l'interdiction du groupuscule. Depuis, rien n'a changé : la dissolution administrative de la LDJ n'a, à ce jour, pas encore été décidée.

La classe politique est restée silencieuse face aux dernières actions de la LDJ. Le groupuscule aux méthodes violentes et antidémocratiques, pourtant interdit en Israël et aux Etats-Unis, a toujours droit de cité en France, toujours dans l’incompréhension générale.

Lire aussi :
Une pétition à succès d'un élu pour la dissolution de la LDJ
Manif pour Gaza : la LDJ peut-elle tout dire et la presse, tout croire ?
Manif pour Gaza : la LDJ derrière « l’attaque des synagogues » (vidéo)
KKL, Magav, LDJ... ces organisations sionistes établies sans gêne à Paris
Le CRIF dépose plainte contre la LDJ
Saphirnews mêlé à l’agression de Houria Bouteldja par la LDJ