Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un imam dans la tourmente après un prêche sur le jihad six mois avant l'attentat de Manchester

Rédigé par Benjamin Andria | Vendredi 17 Août 2018



Un imam dans la tourmente après un prêche sur le jihad six mois avant l'attentat de Manchester
L'imam de la mosquée de Didsbury, dans la banlieue de Manchester, est dans la tourmente depuis qu'un prêche daté de décembre 2016 ait été dévoilé au grand jour par la BBC qui en a diffusé une séquence jeudi 16 août.

Depuis, les accusations d’appel au jihad armé fusent, d’autant que le prêche a été tenu six mois avant l’attentat à Manchester dans une mosquée que le kamikaze Salman Abedi fréquentait. Ce dernier avait acheté des tickets pour le concert d'Ariana Grande dix jour après le prêche mais il n'est pas apparu clair, pour le moment, qu'il a assisté à ce prêche en particulier.

Dans un prêche tenu lors de la prière du vendredi du 16 décembre 2016, BBC met en exergue plusieurs déclarations de l’imam Mustafa Graf. « Nous demandons à Allah de leur accorder des moujahidines, à nos frères et sœurs qui sont actuellement en Alep, Syrie et Irak, de leur apporter la victoire », a-t-il notamment fait savoir, ajoutant que « le jihad pour Allah est la source de fierté et de dignité pour cette nation ».

Face aux accusations, la mosquée se défend de tout appel à la violence et à la participation à des groupes terroristes. Un porte-parole de la mosquée a insisté sur le fait que les propos de l’imam ont été sortis de leur contexte et qu’ils n’ont été traduits que partiellement. « Ce sermon faisait suite aux attentats chimiques en Syrie. Il y a eu une grande campagne de charité au Royaume-Uni pour tenter de collecter des fonds pour les victimes », a expliqué le porte-parole. Au lieu de mettre en avant l’appel aux dons qui était, au fond, la base du prêche, les journalistes de la BBC « ont traduit tous les mots arabes autour du "jihad" sans aborder le reste. Cela n’a pas de sens », a-t-il estimé.

Usama Hassan, responsable des études islamiques à Quilliam, a estimé auprès de la BBC que les propos de l’imam Mustafa Graf sont graves. « Dans le contexte et la manière dont ces textes sont utilisés, ils font clairement référence au jihad militaire, au jihad armé », a-t-il affirmé. La police britannique a annoncé qu'elle allait elle-même analyser l’enregistrement pour déterminer s’il y a eu infraction ou non dans le prêche.

Lire aussi :
Un faux héros de l’attentat de Manchester admet avoir volé des victimes au sol
Islamophobie : à Manchester, un chirurgien et imam poignardé à l'entrée d'une mosquée
Attentat de Manchester : les réactions des musulmans de Grande-Bretagne