Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : couvre-feu dans la capitale et plusieurs régions après des violences

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 13 Juin 2012



Un couvre-feu nocturne a été décrété, mardi 12 juin, dans huit gouvernorats du pays après une série de violences dans la nuit de lundi à mardi pendant lesquelles des violences, impliquant des groupes d’islamistes radicaux et de casseurs, ont éclaté simultanément. Cette mesure, en vigueur de 21h à 5h du matin, concerne le Grand Tunis (qui comporte quatre gouvernorats) et les gouvernorats de Sousse (est), Monastir (est), Jendouba (nord-ouest), et Medenine (sud).

Ces groupes se sont affrontés violemment avec les forces de l’ordre et s’en sont pris à des bâtiments administratifs. Plusieurs postes de police, des sièges régionaux de l'UGTT, un syndicat important, ainsi que des locaux de partis politiques d'opposition ont été attaqués dans plusieurs villes du pays.

On dénombre une centaine de blessés, dont 65 membres des forces de l'ordre, et plus de 160 personnes ont été arrêtées, selon le gouvernement, qui a dénoncé des « actes terroristes » et promis que les assaillants seraient jugés en vertu des lois anti-terroristes de 2003.

Le ministère de la Justice a, par ailleurs, annoncé mardi soir la mobilisation des gardiens de prison pour protéger les tribunaux. « Ils ont reçu des ordres pour utiliser tous les moyens, y compris les tirs à balle réelle pour déjouer toute éventuelle attaque », fait-on savoir.

Le mouvement salafiste radical Ansar Al Charia a nié toute implication dans ces violences mais a appelé « tous les Tunisiens » à manifester vendredi prochain après la prière. Elles interviennent deux jours après l'appel du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawari, qui a exhorté les Tunisiens à se soulever pour l'application de la charia. En outre, « le fait que les violences aient éclaté en plusieurs endroits au même moment laisse à penser que c'était organisé », a jugé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Khaled Tarrouche.

Les troubles seraient liés à une exposition à La Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, qui s'est tenue du 2 au 10 juin, dont les œuvres ont été jugées offensantes pour l'islam. Le Palais Abdellia, qui abritait l'exposition, avait déjà été la cible d'attaques successives dimanche soir et lundi. Des œuvres ont été détruites et des tags fustigeant les "mécréants" retrouvés sur les murs du palais.

Le gouvernement a annoncé son intention de porter plainte contre les organisateurs de l'exposition controversée et a décrété la fermeture du palais Abdellia jusqu'à nouvel ordre. Depuis le soulèvement qui a abouti à la chute de Ben Ali janvier 2011, l’Etat d'urgence est toujours en vigueur dans le pays.

Lire aussi :
Tunisie : Les femmes sur la voie du leadership politique
Législatives : la France, mauvais élève de la parité politique, la Tunisie en exemple dans le monde arabe
Tunisie : la peine de mort requise contre Ben Ali
La Tunisie dit « non » à la charia
Tunisie : démonstration de force des salafistes dans les rues de Tunis
Tunisie : l'islamisme d'Ennahda, quand le politique s'impose sur le religieux
Tunisie : Ben Ali, la fin d’un règne sans partage