Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La Tunisie dit « non » à la charia

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 28 Mars 2012



La nouvelle Constitution tunisienne ne fera pas référence à la charia, a assuré lundi 26 mars Rached Ghannouchi. Le leader du parti Ennahdha a dit « non », ne cédant ainsi pas aux pressions de la branche radicale des salafistes. Il a estimé que la charia est « une notion un peu floue pour l'opinion publique, et des pratiques erronées dans certains pays ont suscité la peur ».


Depuis quelques mois, les manifestations s’enchainent dans les rues de Tunis, divisées entre les manifestations pro et anti-charia. « Il y a beaucoup de clivages, au point que le pays a failli se briser entre partisans et opposants à la charia. Mais pas question donc d’avoir recours à la loi pour imposer la religion », a déclaré M. Ghannouchi.

L’article 1 de la Constitution de 1959 devrait être maintenu pour la future Constitution. Il stipule que « la Tunisie est un État libre, indépendant et souverain : sa religion est l’islam, sa langue l’arabe et son régime la république ». La référence à la religion sera toutefois maintenue.

Lire aussi :
Tunisie : démonstration de force des salafistes dans les rues de Tunis
Ennahdha rassure les juifs de Tunisie, Chalghoumi enfonce le clou
Tunisie : un gouvernement de coalition en vue
Tunisie : l'islamisme d'Ennahda, quand le politique s'impose sur le religieux




Loading












Recevez le meilleur de l'actu