Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tuerie de Chevaline : une famille britannique « sans histoire » massacrée

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 7 Septembre 2012



Chevaline, en Haute-Savoie, est aujourd'hui la commune la plus connue de France mais aurait préféré se faire connaître pour d’autres raisons. Ce village de 220 habitants a été le théâtre, mercredi 5 septembre, d'un crime d'une sauvagerie inouïe.

Trois membres d’une famille britannique d’origine irakienne – un homme, son épouse et sa belle-mère - ont été abattus d’au moins une balle dans la tête dans leur voiture, trouvée sur un parking forestier du village. Un cycliste, originaire de la commune d’Ugine, près de Chevaline, a également été découvert mort près de la BMW.

Une fillette de sept ans a été grièvement blessée mais son pronostic vital ne serait plus engagé. Fait surprenant : une autre enfant de quatre ans a été retrouvée vivante au milieu des cadavres, prostrée sous le corps de sa mère, seulement huit heures après la découverte du massacre.

La presse britannique a fait de la tuerie de Chevaline les gros titres et pointe déjà les défaillances des enquêteurs français, accusés de s’être aperçus de la fillette trop tardivement. Face aux critiques, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, a répondu que les gendarmes n’ont commis « aucune faute ». « Les gendarmes, les enquêteurs, les techniciens, les médecins ont accompli un travail de très grande qualité et je leur fais confiance pour poursuivre leur travail », a-t-il déclaré vendredi 7 septembre.

La famille al-Hilli est décrite comme « sans histoire ». Saad al-Hilli, un ingénieur informatique de 50 ans, résidait depuis plusieurs années en Grande-Bretagne, avec son épouse Iqbal, qui a fait des études de dentiste, et leurs deux enfants, Zeena et Zehab. Saad al-Hilli et ses parents auraient quitté l'Irak en 1970 pour des raisons politiques. Ils passaient des vacances au camping de Saint-Jorioz, au bord du lac d'Annecy.

Une information judiciaire pour « assassinat » a été ouverte par le parquet d’Annecy et une demande de coopération avec les autorités britanniques a été faite afin de récolter des indices susceptibles de faire avancer l’enquête. Une demande d'entraide internationale sera aussi envoyée à la Suède pour l'identification de la femme la plus âgée, de nationalité suédoise.