Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Trappes : peine confirmée pour le mari de la femme en niqab

Rédigé par La Rédaction | Mardi 1 Juillet 2014



La Cour d’appel de Versailles a confirmé, mardi 1er juillet, la condamnation de Michaël Khiri à trois mois de prison avec sursis et à 1000 euros d’amende pour s’être violemment interposé lors du contrôle d’identité de sa femme qui portait le niqab, en juillet 2013, à Trappes. Son interpellation a été à l’origine de plusieurs nuits de violences.

Michaël Khiri, 22 ans, qui nie les faits qui lui sont reprochés, était absent au moment du délibéré, conforme aux réquisitions du parquet. Lors de son premier procès, en septembre 2013, il estimé que le contrôle d’identité subi par sa femme était « illégitime ». Cette dernière, Cassandra Belin, condamnée à un mois de prison avec sursis pour outrage et rébellion, et à 150 euros d'amende pour le port d'un niqab, sera rejugée en appel en octobre.

Thibault de Montbrial, l’avocat d’un des trois policiers parties civiles, s’est félicité du jugement rendu par la Cour d’appel de Versailles. « Nous nous réjouissons de cette décision, qui vient rappeler la régularité et la légitimité du contrôle d'identité de Trappes par les policiers. Cet arrêt trouve un écho renforcé par la décision rendue ce jour par la CEDH », a-t-il déclaré.

De son côté, le policier visé par une information judiciaire pour incitation à la haine et à la discrimination raciale, après avoir publié une photo à caractère islamophobe sur sa page Facebook, a été mis en examen le 30 janvier, et le parquet de Versailles a requis le 26 mars son renvoi devant le tribunal correctionnel.

Lire aussi :
Trappes : la femme en niqab fait appel
Trappes : du sursis pour le mari de la femme en niqab contrôlée
Islamophobie : un policier de Trappes poursuivi pour « incitation à la haine »
Trappes : le mari accusé par la police s’exprime (vidéo)
Trappes : à l’origine des émeutes, une bavure policière dénoncée