Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Suisse : bientôt un carré musulman à Lausanne ?

Rédigé par La Rédaction | Lundi 12 Novembre 2012



En Suisse, la ville de Lausanne est sur le point d'accorder un carré musulman à sa communauté musulmane. L'heure est aux discussions entre le canton de Vaud et l'Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM). Des places pour pouvoir enterrer les morts selon la tradition musulmane devrait leur être attribué dans l'un des cimetières du canton, situé à l'ouest de la Suisse.

«Nous avons effectivement trouvé un emplacement qui permettrait de poser des tombes orientées vers la Mecque», indique Marc Vuilleumier, en charge du dicastère - sorte de ministère au niveau communal en Suisse - Sport, Intégration et Protection de la population. La municipalité doit faire face à l'augmentation du nombre de musulmans, estimé aujourd'hui à près de 25 000 personnes selon l'UVAM. «Et le rapatriement des corps n’est plus une solution», précise M. Vuilleumier.

Les musulmans de Lausanne pourront bientôt disposer de leur carré musulman, à l'image de leur coreligionnaires vivant dans de grandes villes du pays comme Berne, Zurich, Bâle, Lugano et Genève qui en disposent déjà.

Actuellement, Lausanne octroie la gratuité des tombes à la ligne pour tous ses résidents. Mais pour pouvoir orienter leurs défunts en direction de la Mecque, les musulmans devront acheter des concessions payantes. La ville souhaite leur réserver une cinquantaine de places mais le coût d'une concession est important : entre 2 000 à 3 000 francs suisse (entre 1 600 et 2 500 euros). L'UVAM espère donc pouvoir bénéficier d'une gratuité ou d'une réduction à défaut.

En attendant, Pascal Gemperli, président de l’UVAM, salue la volonté de la Ville. Même enthousiasme du côté de la mosquée de Lausanne où l'on espère avant tout que le projet aboutira. « Nous avions essayé il y a quelques années d’obtenir notre propre terrain pour enterrer nos morts », fait savoir Tawfiq El Maliki, porte-parole de l’établissement et également président du Conseil islamique suisse. « Nous étions prêts d’acheter une surface à la commune de Vevey. Mais ce cimetière n’aurait pas été viable compte tenu des frais d’exploitation et du nombre de musulman à l’époque », explique-t-il.

S'enterrer dans leur pays serait de moins en moins un casse-tête pour les musulmans européens mais reste compliqué. Ainsi, selon les estimations de l’Association des organisations musulmanes de Zurich (VIOZ), plus de 90 % des défunts sont actuellement rapatriés dans leur pays d’origine. En France, le taux tourne autour de 85 %.

Lire aussi :
La Suisse autorise le port du voile intégral
Les rites funéraires islamiques en droit français : la conciliation par l’adaptation
Les carrés musulmans dans les cimetières français : l’intégration par la terre