Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Sorgues : deux associations jugées pour avoir transformé un entrepôt en mosquée

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 31 Mars 2016



Deux associations ont comparu devant le tribunal correctionnel d'Avignon, mercredi 30 mars, pour avoir converti un entrepôt en mosquée sans autorisation. Le procureur a requis la remise en état des lieux sous délai avec des « astreintes à 100 euros par jour de retard », accompagné d'une « peine d'amende de 100 par m² concerné ». L'entrepôt dispose d'une superficie de 2 600 m².

L'Association de la renaissance culturelle sorguaise (ASCS) et l'association socioculturelle La Sérénité avaient acquis cet immeuble à Sorgues (Vaucluse) en août 2014 pour la somme de 350 000 euros grâce aux dons de fidèles. Le travail de bénévoles a permis d'aménager un espace de prière au rez-de-chaussée et cinq salles de classe à l'étage. 200 élèves pouvaient ainsi suivre des cours coraniques et des cours de soutien scolaire chaque week-end.

« Le maire nous a dit que l’on pouvait acheter et qu’il verrait ensuite pour modifier le PLU (plan local d’urbanisme). On lui faisait confiance », confie au Dauphiné Brahim Bouharrada, président de l'ASCS. Une confiance mal récompensée puisque le 11 février 2015, la demande de travaux pour transformer le hangar en établissement pouvant recevoir du public est refusée. Le 16 février, la demande de permis de construire est également rejetée.

La mairie, dirigée par l'élu LR Thierry Lagneau, s'est constituée partie civile et réfute tout accord verbal. Selon Louis-Alain Lemaire, avocat des associations, la municipalité est revenue sur sa parole quelques mois avant les élections départementales de mars 2015, sous la pression des candidat du Front National. Le délibéré sera rendu le 27 avril prochain.

Lire aussi :
La mosquée de Fréjus de nouveau menacée de destruction
Espagne : une mosquée de Madrid attaquée après les attentats de Bruxelles
Quelles sont les mosquées fermées après les attentats de Paris ?
La fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne contestée par le Conseil d’Etat