Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Sihem Souid, l'ex-flic en lutte contre le racisme, relaxée

Rédigé par La Rédaction | Mardi 5 Mars 2013



Avec son livre « Omerta dans la police » paru en octobre 2010, Sihem Souid, ancienne agent de la police des frontières (PAF) dénonçait le climat de racisme et d'homophobie au sein de son service.

Elle y raconte ainsi le racisme ordinaire dont elle a été témoin alors qu’elle était affectée à la PAF de l’aéroport d'Orly, en région parisienne. Ses collègues usaient, en effet, de réflexions racistes comme « je vais contrôler les bougnes » et n’hésitaient pas à infliger des humiliations aux personnes lors des contrôles d’immigration.

Indignée par ces comportements, Sihem Souid a voulu les dénoncer dans son livre mais sa publication lui a coûté d’être malmenée par sa hiérarchie.

En juillet 2011, elle est suspendue de sa fonction 18 mois, dont 12 avec sursis par Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur, pour « manquement à son devoir de réserve ». Privée de son salaire pendant six mois, cette mère célibataire doit alors faire face à des moments difficiles sans compter les menaces de mort et harcèlements dont elle était la cible.

La fonctionnaire, accusée d’avoir transmis des informations confidentielles à la presse, concernant notamment le plan Vigipirate, est par ailleurs poursuivie « pour violation du secret professionnel ».

Mais aujourd’hui, elle est soulagée puisque la Cour d’appel de Paris l’a relaxé, jeudi 28 février. Elle échappe aux six mois de prison avec sursis qui étaient requis contre elle. Ce verdict met fin à des années de procédures judiciaires et disciplinaires menées contre elle pour faire taire la jeune femme de 31 ans.

A présent, celle qui a mené un combat contre les dérives de son administration, souhaite des excuses de Claude Guéant. « J’ai cherché la vérité et j’ai trouvé la justice ! J’ai gagné mon procès aussi en appel ! Claude Guéant, j’attends vos excuses publiques », a-t-elle ainsi twitté.

Lire aussi :
La police perçue comme «raciste» pour 40 % des Français
Grande-Bretagne : les discriminations dans la police dénoncées





Loading