Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Polémique sur la méga-mosquée de Bucarest financée par la Turquie

Rédigé par La Rédaction | Mardi 18 Août 2015



Ce serait la plus grande mosquée jamais construite dans une capitale européenne. Le gouvernement roumain a mis à disposition un terrain de 11 000 m², d’une valeur de 3,9 millions d’euros, à la communauté musulmane. La construction de cet immense édifice religieux pouvant accueillir 2 000 fidèles est financé par la Turquie à hauteur de 3 millions d’euros.

Sauf que ce projet hors normes est loin de faire l’unanimité. Un groupe d’opposants au projet s’est formé dénonçant « un arrangement politique », qui n’a rien à voir avec la religion. On reproche au Premier ministre socialiste Victor Ponta d’avoir passé une ordonnance d’urgence en catimini, faisant don de ce grand terrain.

Le groupe, essentiellement composé d’intellectuels roumains, avec le soutien de l’ancien président Traian Băsescu, et également de certains musulmans, qui affirment ne jamais avoir demandé un tel projet, manifestent régulièrement pour protester contre le projet, comme le révèle le journal en ligne sur l'Union européenne euobserver.

Ils demandent plus de clarté sur un tel projet en Roumanie à majorité orthodoxe, avec à peine 70 000 musulmans, soit 0,3 % de la population ; la majorité des musulmans étant concentrée dans le sud-est du pays.

Une mosquée en Roumanie contre une église en Turquie ?

L’accord conclu est le résultat de onze années de négociations entre le gouvernement roumain et le gouvernement turc. En contrepartie, il était convenu que la Turquie autorise la construction d’une nouvelle église orthodoxe à Istanbul. Mais la condition a été abandonnée car « la législation turque ne l’autorise pas », comme l’a expliqué le Premier ministre roumain Victor Ponta le 15 juillet dernier. La Turquie interdit la construction d’églises sur son territoire depuis 1923, date de la naissance de la République et de sa laïcisation...

C’est l'autre élément que dénonce les manifestants. Au point que le patriarcat de Roumanie est intervenu. Dans un communiqué diffusé le 3 août, il déclare ne pas être opposé à la construction de la mosquée. En revanche, le père Constantin Stoica, son porte-parole, a précisé que le principe de réciprocité doit être observé : l’Église orthodoxe roumaine doit de toute façon recevoir un terrain à Istanbul dans les mêmes conditions que celui de Bucarest destiné aux musulmans. Et de souligner qu’un dialogue est en cours. « Les négociations pour recevoir un terrain à Istanbul sont menées entre les deux États. Le terrain que nous recevrons à Istanbul sera destiné à la construction d’un centre de pèlerinage, avec une chapelle pour les fidèles qui se rendront dans cette ville », a déclaré le père Constantin. Si le projet suit son cours sans plus de remous, la méga-mosquée devrait être inaugurée en 2018.

Lire aussi :
Le pape reconnaît le génocide arménien, la Turquie en colère
Le pape François en prière dans la Mosquée bleue d’Istanbul
Musulmans au quotidien, de Nilüfer Göle
Pays-Bas : la plus grande mosquée d’Europe inaugurée
Le plus beau minaret d’Europe est britannique