Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Netanyahu sèche les funérailles de Mandela, ce qu'il ne dit pas

Rédigé par | Mardi 10 Décembre 2013 à 06:00

           


Benjamin Netanyahu sèche la grande cérémonie officielle d'hommage à Nelson Mandela, programmées mardi 10 décembre à Soweto, près de Johannesburg. Le Premier ministre israélien aurait-il avoué combien les idées prônées par le défunt leader sud-africain ne sont absolument pas en accord avec la politique israélienne menée depuis des décennies à l'égard des Palestiniens, qualifiée par ailleurs de politique d'apartheid par de très nombreux défenseurs des droits de ce peuple ?

Non, il n’en est rien, et ce alors que Nelson Mandela et Desmond Tutu, archevêque émérite du Cap et Prix Nobel de la Paix, furent parmi les soutiens du Tribunal Russel pour la Palestine qui avait, lors de la troisième session, déclaré coupable Israël de crime d’apartheid en Afrique du Sud en novembre 2011.

Les autorités israéliennes, qui étaient très proches de l’ancien régime sud-africain avant sa chute en 1991, se sont justifiées avec un argument officiel qui ne convainc pas les masses : les frais de voyage vers l’Afrique du Sud seraient trop élevés. Le transport du chef du gouvernement et de son personnel de sécurité coûteraient jusqu’à 1,45 million d'euros (7 millions de shekels) selon les médias israéliens, ce qui l’aurait poussé à annuler son départ « en dernière minute ». Son train de vie est actuellement critiqué par l'opinion publique en raison de ses nombreuses dépenses personnelles effectuées aux frais des contribuables.

Shimon Pérès comme Benjamin Netanyahu n'ont cependant pas manqué de présenter, dès l'annonce du décès de Madiba, leur « respect » pour « le personnage le plus honorable de notre époque ». Des déclarations de circonstance hypocrites - pas les seules - face à la situation d'occupation et de colonisation qui perdure à ce jour en Palestine, couplée de l'histoire, très évoquée par les experts, des relations étroites entre Israël et le régime ségrégationniste combattu par Mandela.

Du côté palestinien, Nelson Mandela est hautement estimé pour son combat qui inspire tout un peuple en quête de liberté. L’ex-leader de l’OLP Yasser Arafat fut longtemps un compagnon de route du héros sud-africain. « Notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens » : cette phrase prononcée après sa libération en 1990 est gravée dans les mémoires.

« Vous êtes beaucoup plus qu’une inspiration. (…) Le jour où vous êtes sorti de prison, (…) vous portiez une promesse bien au-delà des frontières de votre pays, la promesse que l’oppression et l’injustice seront vaincues. Au fond de ma cellule, je me rappelle sans cesse cette démarche et je poursuis moi-même cette quête, et tous les sacrifices deviennent supportables dans la seule perspective qu’un jour, le peuple palestinien puisse accéder aussi à la liberté, à l’indépendance, et que ce pays puisse vivre finalement en paix », a écrit le 6 décembre Marwan Barghouti, emprisonné depuis 2002 par Israël. Il a honoré dans sa lettre « le combattant de la liberté, le négociateur et faiseur de paix, le commandant militaire et l’inspirateur de la résistance pacifique ».

Mahmoud Abbas, qui a salué la mémoire d’« un symbole de la libération du colonialisme et de l’occupation pour tous les peuples aspirant à la liberté », a annoncé se rendre aux obsèques. Plus de 100 autres dirigeants et personnalités du monde entier se retrouveront à cette occasion.

Lire aussi :
Nelson Mandela : c’était un grand ami de la Palestine !
L’Algérie, l'autre patrie de Nelson Mandela
Nelson Mandela est mort : Madiba loin d'être mainstream, un homme à contre-courant
Se souvenir de Mandela
Le héros sud-africain Nelson Mandela est mort
Nelson Mandela : une figure de paix célébrée

Et aussi :
L'amitié « indestructible » de Hollande pour Israël, exit la Palestine
Europe-Israël : « une alliance contre-nature » appelée à cesser
Palestine : l’impératif de traduire Israël devant la justice internationale
Israël reconnu coupable de crime d’apartheid en Afrique du Sud


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par gillet le 10/12/2013 08:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
absurde et hypocrite les paroles du gouvernement israélien,le coût des bombardement au phosphore blanc, ainsi que les bombardements a l'aveuglette sur des populations innocentes ?.
ma conclusion est que le prix du sang na pas de de prix,et que rendre hommage a la paix coûterais trop d'argent pour une réputation qui n'a pas PLUS de cœur.

2.Posté par Ahmad le 10/12/2013 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hitler pouvait-il assister aux funérailles d'un juif? Alors, qui peut imaginer qu'un dirigeant Israélien puisse participer à l'hommage d'adieu à l'homme qui a passé toute sa vie à combattre la politique qu’Israël prône? Israël n'est-il pas un pays voyou, terroriste, criminel et impuni car soutenu par les plus grandes démocraties donneuses de leçons de la planète? Quoi de plus normal! J'irai jusqu'à dire que ceci est un non-sujet.
Selon moi, le sujet est le ballet d'hypocrites, de complices d'une politique d'apartheid et de criminel de guerre et contre l'humanité qui défile et s'exprime à l'hommage d'un homme qui a été capable de pardonner malgré les pires atrocités que lui et son peuple ont subi. Je parle bien sûr d'Obama qui tue gratuitement par ses drones au su du monde entier. Je parle bien sûr du bouffon Hollande qui avec son gouvernement méprisent toute musulmane désirant vivre avec liberté sa foi en Allah. Ces mêmes dirigeants ne sont-ils pas des fervents défenseurs de la cause israélienne? Que font-ils donc en Afrique du Sud?...