Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Shimon Pérès à Paris : une enquête relève les discriminations de la SNCF

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 11 Juillet 2013



La SNCF, accusée de discrimination raciale lors de la visite, en mars dernier, du président israélien Shimon Pérès à Paris, est dans de sales draps.

Le syndicat Sud Rail avait révélé publiquement en avril que les salariés noirs et arabes avaient été empêchés de travailler par Itirémia, filiale de la SNCF, le 8 mars à la Gare du Nord afin d'éviter que le chef de l'Etat israélien ne soit accueilli par du personnel musulman.

Une enquête interne menée par le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) au sein d’Itirémia a aujourd’hui conforté les accusations de Sud Rail. Le rapport du Comité a en effet mis en évidence des pratiques susceptibles de relever de la discrimination raciale et confessionnelle lors du passage du chef d’Etat israélien, rapporte Europe 1.

« Au vu des éléments recueillis lors de l'enquête (...), nous pouvons dire qu'il y a de forts faisceaux d'indices nous laissant croire qu'il y a eu une discrimination d'ordre raciale et confessionnelle appliquée par la Direction », indique le rapport du CHSCT. « Nous constatons que contrairement aux déclarations de la Direction ces pratiques ne sont pas isolées et qu'elles sont devenues courantes. »

« Il est regrettable de voir l'amalgame que la direction a pu avoir concernant les agents de confession musulmane en les assimilant à des terroristes potentiels et donc dangereux pour la société », ajoute le rapport.

Plus encore : l’enquête du CHSCT « a permis de faire émerger d'autres cas de faits graves, par exemple lorsque l'entreprise répond favorablement à un tour opérateur qui souhaite que les bagages soient pris en charge par des salariés d'Itirémia de confession juive » uniquement.

Le CHSCT indique avoir mandaté un cabinet d'avocats pour intenter une action en justice à l'encontre d'Itirémia, filiale à 100% de la SNCF, qui avait démenti les faits rapportés par le syndicat Sud. La CFDT Cheminots a décidé de se porter partie civile dans cette affaire au parfum de scandale.

Lire aussi :
La SCNF condamnée pour discrimination raciale
Shimon Pérès à Paris : Arabes, Noirs et musulmans exclus, la SNCF en cause
SNCF : des centaines de salariés discriminés car Marocains




Loading














Recevez le meilleur de l'actu