Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les formations d'extrême droite sortent victorieuses des élections italiennes

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 5 Mars 2018



Les formations d'extrême droite sortent victorieuses des élections italiennes
Pour le quotidien italien La Stampa, « pour la première fois en Europe, les forces antisystème l’emportent ». A l'issue des élections législatives italiennes dimanche 4 mars, la coalition droite – extrême droite regroupant la Ligue du Nord de Matteo Salvini, Forza Italia de Silvio Berlusconi, et le petit parti Fratelli d’Italia (Frères d'Italie) de Giorgia Meloni est arrivée en tête avec 37 % des voix.

Tandis que l’échec du Parti démocrate de centre-gauche emmené par l'ancien Premier ministre Matteo Renzi est cuisant en ne réussissant pas à passer la barre des 20 % de voix, le Mouvement 5 étoiles (M5S), un parti populiste d'un autre genre que la Ligue du Nord mais tout aussi xénophobe, a enregistré, pour sa part, un score historique de près de 32 % depuis sa création en 2009. Un résultat qui réjouit l’un de ses dirigeants, Alessandro Di Battista, annonçant fièrement que « tout le monde devra parler avec (M5S) », devenu de fait le premier parti d'Italie.

L'Italie va-t-elle vers un renouveau du fascisme ? Telle est la question qui revient dans la presse après la victoire dans les urnes de la coalition droite – extrême droite, avec des partis qui ont ouvertement tenu des discours eurosceptiques, islamophobes et xénophobes pour glaner des voix. Des discours matérialisés par des slogans comme « Les Italiens d'abord ! » signés de la Ligue, qui a notamment promis d'expulser tous les immigrés « clandestins » et de fermer les « centres islamiques illégaux ».

Cette formation politique d'extrême droite, vraisemblablement en tête de la coalition, a d'ailleurs été félicitée lundi 5 mars par Marine Le Pen, écrivant dans un tweet : « La progression spectaculaire et l'arrivée en tête de la coalition de La Ligue emmenée par notre allié et ami Matteo Salvini est une nouvelle étape du réveil des peuples ! Chaleureuses félicitations ! »

Cependant, si la coalition est certaine de remporter une majorité des sièges au Parlement, elle n'est certaine d'obtenir une majorité parlement sauf si le mouvement populiste M5S choisit de la rejoindre. Les dirigeants de la Ligue et de M5S, qui ont chacun revendiquer le droit de gouverner le pays, ont exclu jusqu'ici toute alliance politique. Cette situation place Sergio Mattarella, le président italien, dans une mauvaise posture, car c'est à lui appartiendra de démêler cet enchevêtrement politique.