Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le séjour cauchemardesque de Marine Le Pen au Québec

Rédigé par | Mercredi 23 Mars 2016



Le séjour cauchemardesque de Marine Le Pen au Québec
Marine Le Pen s’est rendue au Canada vendredi 18 mars pour un séjour de six jours dans le but de travailler son image à l’international. Mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu et la « magie » de son passage n'a pas opéré auprès d'opinion publique canadienne.

Aucun des partis politiques du Québec, contactés par la presse, n’a accepté de rencontrer la présidente du Front national. Si Marine Le Pen a pu rencontrer quelques jeunes militants souverainiste du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, le chef du mouvement, s’est empressé de se désolidariser de cette entrevue dans un communiqué. « Au nom du Parti québécois, je tiens à dissocier formellement notre formation politique et ses instances de toute activité ou rencontre, issue d'initiative personnelle, avec des représentants de ce parti dont l'histoire, la doctrine et les propositions sont aux antipodes des valeurs du Parti québécois », a-t-il signalé.

Le député de gauche Amir Khadir s’est amusé de la situation en proposant de rencontrer Marine Le Pen par « humanisme » : « C’est une Française qui arrive au Québec, alors on n’est pas pour la repousser. Ce serait lui servir la même médecine qu’elle sert aux immigrants comme moi. »

Le gouvernement canadien dans « le monde des Bisounours »

Marine Le Pen a cependant pu s’épancher dans les médias et en a profité pour critiquer la classe politique canadienne. « Je suis en quelque sorte le symbole de tout ce à quoi ils se sont soumis, de tout ce qu'ils ont renié dans le combat pour l'identité, pour la souveraineté, alors ils n'aiment pas beaucoup être mis face à ce miroir, à cette réalité. C'est peut-être pour ça qu'ils cherchent à me fuir », a-t-elle lâché lundi 21 mars sur Radio Canada.

Plus tard dans la soirée ,elle fustige la politique d’ouverture de Justin Trudeau envers les réfugiés en déclarant à Midi Info qu’« un certain nombre de gouvernements sont naïfs face aux problématique de l’immigration. C’est ce que j’appelle le monde des Bisounours ».

Ces sorties lui ont valu un édito acerbe dans La Presse. Yves Boisvert écrit : « Je ne me souviens pas d’un politicien étranger important venu donner autant de leçons avec autant d’outrecuidance en aussi peu de temps. Elle qui prône le respect par les nouveaux venus des us et coutumes du pays n’avait pas sitôt mis le pied en sol canadien qu’elle distribuait les baffes politiques à un rythme franchement impressionnant. » L’éditorialiste a également brocardé l’« amateurisme » de la députée européenne qui, selon lui, ignorait qu’au Québec, le nom du Front national est « radioactif ».

Les portes des hôtels et des entreprises fermées

Marine Le Pen comptait également effectuer quelques conférences de presse dans des hôtels mais elles ont finalement été annulées suite aux manifestants antifascistes qui ont menacé de troubler l’ordre. Mardi après-midi, le Front national s’est exprimé par communiqué : « Après l’Hôtel Marriott-Champlain, c'est au tour du Sheraton d'annuler le salon dûment réservé pour permettre à Marine Le Pen de rencontrer la presse. Les sujets abordés par Marine Le Pen depuis son arrivée au Québec doivent être particulièrement sensibles que certains multiplient les pressions afin de l'empêcher de rencontrer les médias. »

Le séjour au Canada se termine en queue de poisson pour la dirigeante du FN qui devait visiter des entreprises. Mais selon elle, le gouvernement Trudeau aurait fait annuler toutes les visites, dont une chez le constructeur Bombardier. Marine Le Pen se rendra jeudi 24 et vendredi 25 sur l’île française de Saint-Pierre-et-Miquelon pour la dernière étape de son piteux voyage.

Lire aussi :
Canada : la diversité du gouvernement Trudeau saluée
Le Canada de Trudeau ouvre grand ses bras aux réfugiés syriens (vidéo)
Canada : Justin Trudeau élu, des musulmans conquis
La justice autorise de qualifier Marine Le Pen de fasciste
La rencontre du FN avec l'imam d'Al Azhar, vue par Marine le Pen
Le cirque médiatique de Marine Le Pen devant un camp rom