Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Le parti Islam ou l’histoire du thermomètre à briser

Rédigé par Michaël Privot et Sébastien Boussois | Mardi 10 Avril 2018

A six mois des élections communales belges en octobre 2018, le parti Islam fait parler de lui six ans après sa création. Très loin de fédérer les musulmans de Belgique, il cristallise même de nombreuses critiques après les récentes déclarations de son fondateur, au point d'engager un débat sur l'interdiction du parti. Alors faut-il interdire ce petit mouvement qui a annoncé se présenter à Bruxelles et dans une vingtaine de communes de Wallonie ? Et surtout, est-ce une alternative à considérer sérieusement pour les électeurs ? « Laissons retourner les responsables du parti Islam à leur anonymat, c’est le meilleur service que l’on puisse rendre à la démocratie. Mais ne négligeons pas d’ores et déjà le temps de l’analyse », répondent ici Michaël Privot et Sébastien Boussois.



Le parti Islam ou l’histoire du thermomètre à briser
Si le parti Islam est bon à quelque chose depuis six ans, c’est bien à générer du buzz. Soit autour de leur existence, soit autour de leurs idées rétrogrades. A chaque fois, cela marche : les démocrates de tous bords y vont de leur proposition d’interdire le parti ou encore d’inscrire la laïcité dans la Constitution, selon une croyance naïve qui voudrait qu’un concept puisse – magiquement – effacer les réalités sociales. Le parti ISLAM parvient même à donner l’illusion aux partis de différentes nuances d’extrême droite (Parti Populaire, Vlaams Belang et N-VA) qu’ils sont eux aussi – le temps de la polémique – partie intégrante des vrais démocrates et garants de la sauvegarde des vraies valeurs occidentales.

Mais comme à chaque fois, ce bel élan va se briser sur les réalités politiques de la Belgique : interdire le parti Islam obligerait par cohérence à interdire le Parti Populaire (PP) le Vlaams Belang (VB) et la (Nieuw-Vlaamse Alliantie) N-VA dont nombre de propositions, voire de pratiques, sont tout aussi puantes au regard des principes fondamentaux des démocraties libérales. Interdire tout parti à référence religieuse impliquerait de fermer demain le Christen Democratisch & Vlaams (CD&V) dernier avatar de la démocratie chrétienne revendiquée.

Attendons donc la fin de l’excitation médiatico-politique et laissons retourner les responsables du parti Islam à leur anonymat, c’est le meilleur service que l’on puisse rendre à la démocratie. Mais ne négligeons pas d’ores et déjà le temps de l’analyse.


De l'incapacité des démocrates patentés à produire un horizon sociétal galvaniseur et inclusif

A l’approche d’élections stratégiques, la nervosité des démocrates patentés à chaque pic de visibilité du parti Islam et de ses propositions archaïques n’est-elle pas révélatrice, quant à elle, d’un malaise bien plus profond : leur incapacité à produire un horizon sociétal galvaniseur et inclusif, qui donne à chacun-e, l’envie de se mobiliser pour que plus personne ne soit laissé sur le bord de la route.

Quand un enfant sur quatre vit à la limite ou sous le seuil de pauvreté dans l’une des 20 meilleures économies mondiales, il est légitime de s’interroger sur la façon dont est répartie l’immense richesse produite par des travailleurs/euses parmi les mieux formé-e-s et les plus productifs/ves du monde. Car « les gens » ne sont pas idiots et font le lien entre le délitement de la gouvernance démocratique et du contrat social d’un côté et le recul concret de la qualité de vie, de la sécurité, du bien-être d’un autre côté.

Cette frustration est captée de la manière la plus efficace par les partis – souvent de droite populiste, voire extrême, parfois de gauche radicale – qui savent proposer des discours de rupture d’une part et, plus profondément, un ré-enchantement de la politique d’autre part. Car « les gens » qui votent pour ces partis ne sont pas des antidémocrates, mais des gens qui veulent retrouver voix au chapitre, peser sur la gouvernance de la société, se réapproprier à leur façon leur rôle de citoyen-ne-s, et ne plus être considéré-e-s comme du bétail électoral.

Le parti Islam, ou comment capitaliser sur les frustrations d'une frange musulmane

Ce sentiment grandissant de désaffiliation, c’est celui auquel répondent ces partis, mais également Daesh, ce qui a pu expliquer pour une part non négligeable son attrait. Combien de jeunes ont rejoint cette organisation pensant pouvoir enfin exister positivement ? Car si les partis dits « extrêmes » permettent une métabolisation politique des attentes d’une partie grandissante de la population – les classes moyennes blanches en voie de déclassement en particulier – et donc de les garder au sein d’un espace politique encore démocratique et éviter leur basculement vers la violence, il n’existe pas un tel espace de métabolisation politique pour celles et ceux qui font primer la composante islamique de leur identité. Daesh a pu en capter une partie à son profit. Et après Daesh, ça sera une autre marque de fabrique.

Le parti Islam essaye de capitaliser sur les attentes et les frustrations de cette même population en tentant de les mobiliser politiquement sous un angle communautaire, et sur un terrain communautaire lors d’élections communales, celles qui touchent au plus près de nos considérations quotidiennes. Ses faibles scores électoraux ont montré par le passé que cette démarche ne rencontrait aucun écho. Mais six années ont passé au cours desquelles la polarisation de notre société n’a cessé d’être mise en scène.

L’islam, radical ou pas, plus que la situation économique, est resté au cœur des débats sociétaux, alors que quasi rien n’a été fait pour adresser certaines doléances légitimes des citoyen-ne-s belges de confession musulmane, dont le sentiment d’exclusion et d’insécurité ne cesse de croître, alimenté par des discriminations avérées, et ce, en dépit d’un attachement très majoritaire aux valeurs de la société belge selon la dernière enquête de l’Agence européenne des droits fondamentaux (EU-MIDIS II, 2017). Tout est donc en place pour que le parti Islam puisse faire un carton, comme le VB, le PP ou encore le Parti du travail de Belgique (PTB) pour d’autres segments de la population.

Le parti Islam n’est pas une alternative qu’il faudrait accueillir comme pis-aller

On peut hurler au grand remplacement, à la fin de la démocratie. Cela soulage de ses propres frustrations, mais c’est surtout se tromper de cible. Au fond, le seul mérite du parti Islam, c’est peut-être, comme ses confrères de droite extrême, d’essayer de garder un certain public dans le giron du jeu démocratique, même ses marges les moins reluisantes. Sinon, ce sera un groupe djihadiste qui viendra fournir un grand récit mobilisateur, s’ancrant sur les frustrations bien réelles d’une partie de notre population. On a déjà vu ce que ça donne.

Entendons-nous bien, le parti Islam n’est pas une alternative qu’il faudrait accueillir comme pis-aller : c’est une énième piqûre de rappel qu’il y a un malaise profond traversant l’ensemble de la société, y compris sa composante musulmane. Et on aura bon briser le thermomètre « Parti Islam », comme on a pu essayer avec le VB, le PP ou le PTB, la fièvre reste là et continuera à produire ses effets d’implosion du corps social. L’invocation bêlante de la laïcité, dans ce contexte, nous paraît plus le signe d’un aveuglement profond de nombreux/ses décideurs/euses politiques quant à la réalité de l’état de notre société, que le début d’une piste solution. Celle-ci a pourtant un nom : travailler véritablement pour l’intérêt général commun, avec tout ce que cela implique. Et cela permettra de résoudre tant le cas du PP, du VB, d’Islam et autre Front National, sans avoir besoin de modifier la Constitution à chaque poussée de fièvre.

*****
Michaël Privot est islamologue et collaborateur scientifique du Centre d'étude de l'ethnicité et des migrations (CEDEM) rattaché à l'Université de Liège.

Sébastien Boussois est politologue et collaborateur scientifique du Centre d'études de la coopération internationale et du développement (CECID) de l'Université libre de Bruxelles (ULB) et de l'Observatoire sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (OMAN) à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).