Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le frère de Mohamed Merah sous le feu des projecteurs

Rédigé par La Rédaction | Lundi 26 Mars 2012



Le tueur présumé de Toulouse et Montauban mort, la machine judiciaire n'est pas pour autant arrêtée. Les enquêteurs de la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) veulent déterminer le rôle exact joué par son frère aîné, fiché comme « intégriste religieux » par les renseignements. Abdelkader Merah, 29 ans, a été placé en examen, dimanche 25 mars, pour « complicité d'assassinats », « vol en réunion » et « association de malfaiteur en vue de la préparation d'actes terroristes » et est en détention provisoire à la prison de Fresnes.

Sa complicité dans les meurtres est « vraisemblable », a indiqué le procureur dans un communiqué. Les enquêteurs s'orientent vers la piste d'un frère ainé « cerveau » de l'opération car c'est ensemble que les frères Merah auraient dérobé le scooter qui a servi aux meurtres, le 6 mars dernier à Toulouse. Mais l'examen du contenu des ordinateurs du frère aîné n'a rien révélé de probant et la perquisition de son domicile n'a mis au jour ni arme, ni explosif.

« Il ne faudrait pas déplacer le procès qu'on aurait aimé faire à Mohamed Merah sur lui parce que c'est le seul qu'on ait en ce moment », a déclaré l'avocate d'Abdelkader Merah, Anne-Sophie Laguens, qui appelle à la prudence face aux informations provenant de sa garde à vue.

A sa sortie de l’audition de son client, elle a démenti toutes les accusations portées contre lui, qui nie toute implication. Abdelkader réfute toute « fierté » par rapport aux actes de son frère, qu'il « condamne fermement ». « Pour le reste, il espère juste ne pas devenir le bouc émissaire des actes de son frère car c’est un peu ce qui est en train de se passer », a-t-elle fait savoir.

Lire aussi :
Drame de Toulouse : les musulmans de Lyon se mobilisent
Drame de Toulouse : 5 000 personnes rassemblées dans le centre-ville
La Grande Mosquée de Lyon rend hommage à un des militaires assassinés
Toulouse : les musulmans pris en otage par Mohamed Merah, la campagne électorale vire au tout-sécuritaire




Loading