Connectez-vous S'inscrire






Religions

La béatification des 19 martyrs de l’Église d’Algérie, une première en terre d’islam

Rédigé par Lina Farelli | Samedi 8 Décembre 2018



La béatification des 19 martyrs de l’Église d’Algérie, une première en terre d’islam
L’Église Notre-Dame de Santa Cruz à Oran, accueille samedi 8 décembre, jour de célébration de l’Immaculée Conception pour les catholiques, la béatification de 19 religieux et moines tués en Algérie pendant la guerre civile des années 1990. Une cérémonie inédite dans un pays musulman. Elle ne sera pas présidée par le pape François, qui a signé le décret autorisant la béatification en janvier 2018, mais par son envoyé spécial, le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, chargée au Vatican de l’ensemble des processus de béatification et canonisation.

Ces hommes et ces femmes, désignés comme martyrs - des témoins au sens chrétien du termeà- pour avoir choisi de rester en Algérie malgré le risque qui pesait sur leur vie, se sont vus attribués le statut de « bienheureux » ou de « bienheureuse ».

Figurent ainsi les sept moines de Tibhirine, enlevés dans leur monastère de Notre-Dame de l’Atlas puis assassinés en 1996 : Christian de Chergé, Paul Dochier, Christophe Lebreton, Michel Fleury, Christian Lemarchand, Célestin Ringeard et Paul Favre-Miville. Des hommes de Dieu qui a inspiré le film magistral « Des hommes et des dieux » sorti en 2010

Fervent défenseur du rapprochement islamo-chrétien et algéro-français, l’ancien évêque d’Oran Pierre Claverie, tué avec son chauffeur et ami algérien dans l’explosion d’une bombe le 1er août 1996, fait également partie des personnes béatifiées par l’Eglise catholique.

Une cérémonie pour « bâtir ensemble un monde de paix et de fraternité »

Avant les moines de Tibhirine et Mgr Pierre Claverie, sont reconnus comme martyrs le frère Henri Vergès et la sœur Paul-Hélène Saint-Raymond tués en mai 1994 ; les sœurs Esther Paniagua Alonso et Caridad Alvarez Martin en octobre 1994 ; les prêtres Jean Chevillard, Charles Deckers, Alain Dieulangard et Christian Chessel en décembre 1994 ; les sœurs missionnaires Angèle-Marie Littlejohn et Bibiane Leclerq en septembre 1995 ; et enfin la sœur Odette Prévost des petites Sœurs du Sacré-Cœur en novembre 1995. Tous ont été assassinés par balles à Alger et à Tizi-Ouzou.

Dans le communiqué de l’Église d'Algérie annonçant la date de la béatification, les évêques affirment voir en cette cérémonie religieuse « un élan et un appel pour bâtir ensemble un monde de paix et de fraternité ».

Ainsi, un hommage envers Mohamed Bouchikhi, le jeune chauffeur algérien resté auprès de l’évêque Pierre Claverie au péril de sa vie, devrait être rendu, comme envers les milliers de victimes du terrorisme.* « Le sens de ces béatifications, c’est la valeur du témoignage de chrétiens tués avec des musulmans, dans une épreuve qu’ils ont fait leur », avait indiqué en janvier 2018 l'évêque d'Oran, Jean-Paul Vesco.

Il avait également souligné que le but n’est pas de mettre l’accent sur « les chrétiens victimes des violences » mais de « mettre en lumière celui (le témoignage) de tous ces milliers d’Algériens musulmans, dont une centaine d’imams, qui ont payé de leur vie leur combat contre la terreur en mode religieux ».

L'archevêque d'Alger, Mgr Desfarges, a rappelé a l'AFP que « 144 imams » algériens avaient « été tués pour avoir refusé de signer des fatwas justifiant la violence" des groupes armés, ainsi que "des intellectuels, des journalistes, mais aussi des familles qui ont refusé d'obéir aux groupes armés ».

*Mise à jour : Quelque 1 200 personnes ont assisté à cette cérémonie, parmi lesquels de nombreux membres des familles des disparus, des dignitaires et religieux musulmans de la ville d'Oran ainsi que le ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs Mohamed Aïssa.

« En faisant mémoire de la mort de ces 19 victimes chrétiennes, les catholiques d'Algérie et du monde veulent célébrer la fidélité de ces martyrs au projet de Paix que Dieu inspire à tous les hommes », a fait savoir le pape François dans un message lu par son envoyé spécial.

Une minute de silence a aussi été observée afin de rendre hommage « aux milliers et milliers de victimes de la guerre civile algérienne (...) héros anonymes du quotidien », selon les mots de l'archevêque d'Alger, Mgr Paul Desfarges.

Lire aussi :
Le prêtre Bernard Janicot d'Oran : « Le dialogue islamo-chrétien doit passer par une amitié personnelle entre chrétiens et musulmans »
Moines de Tibhirine : musulmans et chrétiens main dans la main pour saluer leur mémoire
Le dialogue islamo-chrétien porté par « Des hommes et des dieux »