Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'état d'urgence décrété au Sri Lanka face aux violences visant les musulmans

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 6 Mars 2018



L'état d'urgence décrété au Sri Lanka face aux violences visant les musulmans
L’état d’urgence a été décrété mardi 6 mars pour une période de dix jours sur l'ensemble du Sri Lanka après une nouvelle vague de violences visant la minorité musulmane. Cette mesure, une première dans ce pays d'Asie du Sud-Est depuis 2009, qui marqua la fin de la guerre civile durant laquelle l'état d'urgence avait été imposé durant trois décennies, témoigne de l'ampleur des attaques islamophobes commises depuis quelques jours par des extrémistes cinghalais.

En complément de cette mesure, la police impose également un couvre-feu dans le district de Kandy où au moins deux personnes ont été tuées. Des émeutes dirigées contre les musulmans se sont en effet produites lundi dans la région, provoquant la destruction de plusieurs commerces appartenant à la minorité. Des mosquées ont également été attaquées.

Les autorités locales, qui ont imposé le couvre-feu pour faire face à une situation non maîtrisée jusqu'ici par les forces de l’ordre, avancent que plus d’une vingtaine de personnes suspectées d'incendies criminels ont été placées en détention. Parallèlement, des investigations sur la conduite de la police locale face aux violences auraient été lancées.

L'inaction de la police pointée du doigt

Rajith Keerthi Tennakoon, directeur exécutif du Centre pour les droits de l’homme au Sri Lanka, a condamné au micro d'Al Jazeera l’inefficacité de la police pour faire face à la montée de l'extrémisme bouddhiste. Il indique que des appels à mobilisation ont été lancées sur les réseaux sociaux par des membres de la communauté bouddhiste cinghalaise avant que les attaques ne se produisent. Les appels ont été très vite suivis d'un rassemblement de foule à Kandy, qui présageait déjà des attaques sanglantes.

Le secrétaire du Front national uni pour la bonne gouvernance du Sri Lanka, Najah Mohamed, soutient que Kandy n’est pas la seule région concernée par ces vagues de violence antimusulmanes, rappelant qu'il s’agit d’une situation généralisée dans tout le pays. Et Najah Mohamed de déplorer que, malgré ses promesses, le président Maithripala Sirisena ne semble prendre des mesures efficaces et radicales pour mettre un terme aux tensions intercommunautaires. Si le gouvernement ne met aucun dispositif proactif en place, les violences peuvent devenir davantage fatales pour les musulmans, qui constituent 10 % de la population. Le Parlement sri-lankais a présenté ses excuses aux musulmans face à la situation.

Mise à jour : Malgré l'état d'urgence, de nouvelles violences anti-musulmanes ont éclaté dans le pays. En réponse, le gouvernement sri-lankais a ordonné aux fournisseurs d'accès à Internet de couper les réseaux sociaux, Facebook, Viber et WathsApp pendant trois jours, ceci « pour éviter un embrasement sur tous ses sites et pour faire baisser la tension entre la majorité bouddhiste et la minorité musulmane du pays ».

Lire aussi :
Une nouvelle attaque recensée contre les musulmans au Sri Lanka
Au Sri Lanka, de fausses rumeurs à l'origine de violences contre les musulmans
Olivier Wang-Genh : Les massacres de Rohingyas « ne sont pas liés à une guerre de religion islamo-bouddhiste »