Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

L’Ascension, des tours de banlieue au sommet de l'Everest

Rédigé par Samba Doucouré et H. Ben Rhouma | Mercredi 4 Janvier 2017

Le 25 janvier, sortira dans les salles « L’Ascension », un film relatant l’histoire d’un jeune banlieusard, sous les traits d'Ahmed Sylla, qui décide de grimper l’Everest pour gagner l’amour d’une fille. Le long-métrage de Ludovic Bernard est largement inspiré de la vie du journaliste Nadir Dendoune, qui a accepté de revenir sur la genèse de ce film auprès de Saphirnews.



Pour séduire une fille, certains promettent de décrocher la Lune mais n’ont pas la fusée. Samy, un jeune paumé des cités de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, a fait le pari d’escalader le toit du monde, et cela pour les beaux yeux de Nadia qui, comme le reste des habitants du quartier, ne le prend pas au sérieux.

Le synopsis de L’Ascension, premier film de Ludovic Bernard, a les ingrédients d’un conte de fée moderne dont l'histoire est largement inspirée de faits réels. Le 25 mai 2008, le journaliste Nadir Dendoune, originaire de l’Île-Saint-Denis, atteint l’Everest alors qu’il n’avait pas la moindre expérience en alpinisme. Pourquoi ? Difficile à expliquer. L’intéressé avance plusieurs raisons : « L’envie d’aller là où on ne l’attends pas. Un basané comme moi, issu de la Seine-Saint-Denis, on l'imagine, au mieux, en rappeur ou en footballeur, même si je respecte les choix de chacun, mais jamais en alpiniste. » Ce désir de revanche sociale, il le réalise à travers diverses aventures.

Nadir Dendoune à son ascension en 2008.
Nadir Dendoune à son ascension en 2008.
En 2001, après huit ans passés en Australie, Nadir Dendoune réalise un tour du monde en vélo au profit de la lutte contre le sida avec le soutien de la Croix Rouge.

Lors de son passage au Népal, il fait des rencontres qui lui mettront en tête qu’il pourrait grimper l’Himalaya, la condition préalable étant qu’il devait s’entraîner comme il se doit et qu'il accomplisse entre temps l’ascension du Mont Blanc, en France, et du Kilimandjaro, en Tanzanie. Le journaliste choisit de n’en rien faire et, armé de son culot, il fabrique un faux CV avant de convaincre un contact au Népal de l’emmener en expédition. Le banlieusard gagne son pari mais l’exploit est tellement extraordinaire que personne ne veut le croire dans un premier temps.

A l’époque, malgré un carnet d’adresse fourni, aucun média ne s’intéresse à son aventure. Il a tout juste droit à un court article dans l’édition 93 du Parisien. Un an après, il s’adresse à Libération qui, dans son édition du weekend, consacrait des colonnes à des personnalités qui pouvaient raconter des voyages. Ce sera fait, non sans que la rédaction ait avoué son incrédulité quant à la véracité des faits avancée par Nadir Dendoune.

Ancrer la banlieue dans des récits positifs

Passé d'une double-page dans Libé et d'un reportage de Sept à huit sur TF1 plus tard, plusieurs grosses boîtes de productions approchent l’aventurier. Il choisit d’abord de publier son récit chez JC Lattès sous l’intitulé Un tocard sur le toit du monde, sorti en 2010.

Il confie plus tard la production du film sur son histoire à Laurence Lascary, fondatrice de De l’autre côté du périph’ (DACP). « Laurence est une femme dans un milieu d’homme, une noire dans un milieu de blanc, d’origine modeste dans un milieu de bourgeois, jeune dans un milieu de vieux. Elle n’avait jamais produit de film pour le cinéma. Elle était en mode tocarde comme moi. Elle veut changer, elle aussi, l’image de la banlieue », raconte Nadir Dendoune. Le profil de la productrice originaire de Bobigny, toujours en Seine-Saint-Denis, lui parle. « Elle a mis six ans à le faire et elle peut être fière d’elle. Ce film existe en grande partie grâce à elle », ajoute-t-il.

Quant au choix d'Ahmed Sylla pour incarner le premier rôle, Nadir Dendoune n'y voit aucun problème dans la mesure où L'Ascension, rappelle-t-il, est « une adaptation libre de (son) livre et non d'une photocopie parfaite de ce dernier ». « L'image de l'Arabe en France n'est pas très reluisante en ce moment. Un héros maghrébin, en plus de coller à la réalité, aurait pu faire énormément de bien à toute une "communauté" de plus en plus stigmatisée, de plus en plus mal aimée. Malheureusement, plusieurs acteurs maghrébins pressentis ont décliné l'offre parce que la boîte de production était petite », déclare-t-il.

« Et puis, Ahmed Sylla a gagné haut le main le casting. D'après la production, il a été le meilleur et c'est donc normal qu'il ait remporté le premier rôle. C'est pas si fréquent que ce genre de choses se joue au mérite dans ce milieu : on ne va donc pas s'en plaindre. Ahmed Sylla joue admirablement bien : sa performance est de haute volée », juge-t-il.

Militant dans l’âme, Nadir Dendoune a posé quelques conditions pour l’adaptation du livre. La première concernait le personnage principal. « Je ne voulais pas que le rôle principal soit une caricature. En banlieue, la majorité des gens s'expriment normalement », explique-t-il. La seconde était de rendre hommage aux sherpas, les « vrais héros de l’Everest ». Enfin, il a émis le désir que L’Ascension raconte une histoire d’amour pour changer l’image des quartiers afin qu'elle soit plus conforme à la réalité et offrir ainsi une tonalité plus universelle. Mission accomplie avec ce film drôle et touchant, à l’instar de son héros, qui invite tout un chacun à aller au bout de ses envies et de ses rêves malgré les obstacles que la société dresse devant lui.

L'Ascension, de Ludovic Bernard (France, 1 h 43)
Avec Ahmed Sylla, Alice Belaïdi, Kevin Razy...
En salles le 25 janvier 2017.





Loading