Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Jamel Debbouze « pas fier » de comparer Sarkozy à Joe Dalton

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 14 Juin 2013



Fidèle à lui-même, l’humoriste et acteur Jamel Debbouze a fait le show alors qu’il était invité à l’Elysée, mercredi 12 juin, pour remettre le « prix de l'audace artistique et culturelle », en présence du chef de l’Etat, François Hollande.

« J'en profite pour vous dire que la France c'est mieux à vivre sous votre présidence, Monsieur le Président, c'est mieux que sous votre prédécesseur, Joe Dalton. Il était quand même très énervé, le pauvre », a-t-il déclaré à François Hollande, provoquant l’hilarité générale de la salle où se trouvait également la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, ainsi que la ministre déléguée à la Francophonie, Yamina Benguigui.

Mais juste après sa sortie de l'Élysée, Jamel Debbouze semble regretter sa vanne. « J’en suis pas super fier », avoue-t-il aux journalistes du Petit Journal. « Il faudra la couper au montage », leur dit-il également.

Mais sa sortie a vite fait de susciter le buzz et le moins que l’on puise dire, c’est que l’humour du trublion divise. Le site de la station RTL a ainsi compilé des tweets d’internautes taclant ou approuvant la blague de Jamel.

Le comédien n’a jamais caché sa préférence pour la gauche. Il a même appelé à voter François Hollande, lors de la campagne présidentielle de 2012. Mais sa tchatche en agace certains, d’autant plus qu’il a été vu dernièrement affichant une complicité avec Nicolas Sarkozy dans les tribunes du Parc des Princes, le 2 avril dernier.

Tout juste revenu du Festival du rire de Marrakech qu’il a lancé, Jamel Debbouze sera bientôt à l'affiche de Né quelque part dans lequel il joue le rôle d’un jeune Algérien rêvant de venir vivre en France.

Lire aussi :
Jamel Debbouze et Manuel Valls mobilisés pour le mariage pour tous
Gaza : l'action humanitaire de Jamel Debbouze
Jamel Debbouze, Joey Starr, Jean-Pierre Bacri, Lilian Thuram... invitent la France à voter
Jamel Debbouze appelle les banlieusards aux urnes