Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Inde : des extrémistes hindous réclament la construction d’un temple sur le site d’une mosquée

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 26 Novembre 2018



Inde : des extrémistes hindous réclament la construction d’un temple sur le site d’une mosquée
Des milliers d'ultranationalistes hindous ont manifesté, dimanche 25 novembre, en faveur de l’édification d’un temple dédié à Rama sur un site à Ayodhya, au nord de l’Inde, où a été détruite, en 1992, la mosquée Babri elle-même construite au XVIe siècle. Pour les manifestants venus en masse dans cette ville de l'Uttar Pradesh, il est hors de question de partager le site avec les musulmans. Un discours soutenu par les hommes politiques locaux qui entendent bien se servir de cette revendication pour gagner en popularité d'ici aux prochaines élections.

Dans la tradition hindouiste, Ayodhya est en effet représenté comme le lieu de naissance de Rama, un des avatars de Vishnou. Aujourd’hui, ces ultranationalistes soutiennent qu’un temple avait été érigé sur le lieu même où la mosquée Babri avait été construite au 16e siècle.

Ayodhya reste dans les annales comme le lieu à l’origine des émeutes meurtrières de 1992 au cours desquels plus de 2 000 personnes, majoritairement musulmans, ont perdu la vie après la destruction du lieu de culte par des milliers de fanatiques hindous. En 2002, la flamme de la discorde entre hindous et musulmans s’était ravivée lorsque des pèlerins hindous ont été tués lors d’un voyage en train. Plus de 700 personnes, musulmanes encore, avaient alors été tuées en guise de représailles orchestrées par des extrémistes.

Des élus locaux ont appelé le Parlement à autoriser la construction d’un temple sur le site. Soutenant aussi cette revendication, Yogi Adityanath, chef du gouvernement d’Uttar Pradesh, a déjà exposé, dimanche 25 novembre, son projet d’édification d’une statue en bronze de Rama, haut de 221 mètres sur le site.

À travers cette action, les partis ultranationalistes à l’origine de cette manifestation (Vishwa Hindu Parishad –VHP - et Shiva Sena) entendent faire pression sur le Bharatiya Janata Party (BJP), parti du Premier ministre de Narendra Modi qui avait promis, lors de ses campagnes électorales, la construction d’un temple sur ce site.

Lire aussi :
Inde : le culte des vaches à l’origine d'une dramatique montée des violences islamophobes
En Inde, la reconstruction d'une mosquée rendue possible grâce à un temple hindou