Connectez-vous S'inscrire






Monde

En Inde, la reconstruction d'une mosquée rendue possible grâce à un temple hindou

Rédigé par Hanan Ben Rhouma et Samba Doucouré | Vendredi 9 Septembre 2016

Ayodhya a été le théâtre de graves émeutes interconfessionnelles ces dernières décennies, dont les musulmans ont souvent fait les frais. Des responsables hindous ont accordé aux musulmans le droit de reconstruire une mosquée et, plus encore, travaillent ainsi doucement à une paix civile dans la ville.



En Inde, la reconstruction d'une mosquée rendue possible grâce à un temple hindou
Vers une paix durable entre hindous et musulmans à Ayodhya ? Cette cité antique, située dans l'État de l'Uttar Pradesh, au nord-est de l’Inde, abrite les ruines de la mosquée Babri construite en 1528, sur un site que l’administration coloniale britannique avait divisé entre musulmans et hindous en 1859 afin de permettre aux deux communautés d'y prier. Pour les adeptes de l’hindouisme, Ayodhya est en effet le lieu de naissance de Rama, un des avatars du dieu Vishnou.

En 1949, l’apparition d’effigies de Rama dans la mosquée provoque un conflit interreligieux mais c'est en décembre 1992 que des milliers de fanatiques hindous finissent par détruire complètement l’édifice musulman, déjà endommagé. Quatre mois après des émeutes qui ont fait plus de 2 000 morts, en large majorité musulmans, plusieurs terroristes font sauter des bombes à Bombay, occasionnant 257 morts et 700 blessés. Yakub Memon, le cerveau des opérations, a été condamné et exécuté le 30 juillet 2015.

Un temple hindou donne l'exemple

A Ayodhya, Babri n'est pas la seule mosquée en ruines. Aalamgiri Masjid, vieille de 300 ans, l'est tout autant depuis une vingtaine d’années. Récemment, la municipalité a décidé d'interdire totalement l'entrée du site aux musulmans, une décision qui les a poussés à demander audience auprès du temple Hanumangarhi. Le lieu de culte hindou est devenu propriétaire du site depuis que le Nawab Shujauddaulah, le souverain local, lui en avait donné la charge en 1765. Une des conditions de ce leg était que les musulmans puissent continuer de prier. Mais avec la montée du nationalisme hindou et des tensions interconfessionnelles dans la ville, la condition a fini par ne plus être respectée ces dernières années.

Après concertation, le dirigeant hindou Mahant Gyan Das a accepté la reconstruction de la mosquée et est allé plus loin, à la surprise même des musulmans. Il a non seulement décidé de soutenir financièrement sa restauration mais leur a aussi offert la possibilité d'organiser des prières dans des locaux lui appartenant. « J’ai aussi étendu mon aide à la rénovation du mausolée qui est aussi vieux que la mosquée », précise-t-il auprès de la presse locale. Un exemple de fraternité qui constitue un pas important en vue d'améliorer les fragiles relations entre hindous et musulmans dans la région.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu