Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Hajj 2019 : face à Ebola, les musulmans du Congo privés de pèlerinage

Rédigé par Benjamin Andria | Vendredi 26 Juillet 2019



Hajj 2019 : face à Ebola, les musulmans du Congo privés de pèlerinage
A l'heure où l'épidémie d'Ebola sévit en République démocratique du Congo (RDC), les autorités saoudiennes ont décidé d'interdire l'accès de pèlerins en provenance de cet État africain sur le territoire saoudien dans le cadre du Hajj, qui se tient en août.

L'annonce a été faite par la Communauté islamique au Congo (COMICO), l'organisation en charge des affaires du culte musulman dans le pays. Elle a précisé que l'interdiction de Hajj frappe tout autant les ressortissants de la RDC que les expatriés vivant dans le pays.

L'Arabie Saoudite veut prévenir tout catastrophe sanitaire qui pourrait surgir lors du grand pèlerinage, qui rassemble chaque année des millions de musulmans à La Mecque, en réduisant au maximum les risques de contamination à de dangereux virus dont celui d'Ebola. Cette maladie se transmet, en effet, entre hommes par des contacts proches.

Le virus d'Ebola a été décrété, mi-juillet, urgence sanitaire de portée mondiale par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il a provoqué plus de 1 690 morts en RDC depuis le 1er août 2018.

Le Hajj a déjà été interdit par le passé aux Congolais pour des raisons sanitaires.

Le COMICO, attristé mais compréhensive de la décision saoudienne, a appelé les musulmans congolais à patienter pour effectuer le Hajj dans un avenir proche. « Celui qui n’est pas parti cette année (à La Mecque) partira l’année prochaine. Celui qui avait déjà cette intention sera récompensé à la même hauteur » que celui qui s’y est rendu, a indiqué Djuma Twara, le secrétaire général du COMICO, à la presse congolaise.

Lire aussi :
Hajj 2019 : un pèlerinage offert aux proches des victimes des attentats de Christchurch
Hajj 2019 : les quotas de pèlerins pour l’Inde et le Pakistan passe à 200 000