Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Fin de cavale pour le « tireur fou »

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 21 Novembre 2013



Un suspect a été arrêté, mercredi 20 novembre, et placé en garde à vue dans l’affaire de la fusillade à Libération, au cours de laquelle un jeune assistant photographe a été sérieusement blessé.

L’homme a été retrouvé shooté aux médicaments dans une voiture d’un parking à Bois-Colombes (Hauts de Seine). Il s’agit d’Abdelhakim Dekhar. Âgé de 48 ans, il n’est pas inconnu de la police. En 1998, il avait déjà écopé d’une peine de prison de quatre ans pour avoir fourni une arme à Florence Rey et Audry Maupin, un couple d’anarchistes qui avaient tué un chauffeur de taxi et trois policiers en 1994.

Cette fois, Abdelhakim Dekhar aurait agi seul. Il a été confondu par son ADN, identique à celui retrouvé sur les douilles de l’arme qui a blessé l’assistant photographe à Libération lundi 18 novembre. Les analyses des empreintes génétiques avaient déjà permis aux enquêteurs d’acquérir la certitude que le même homme était l’auteur des tirs qui ont suivi peu de temps après sans faire de victime à La Défense et de la prise d'otage d'un automobiliste dans la foulée. Ce serait également lui qui se serait introduit armé dans l'immeuble de BFMTV et qui aurait menacé un des rédacteurs en chef de la chaîne d’informations, trois jours plus tôt.

Toutes les polices de France s'étaient mises à la traque de l'homme, qui avait été rebaptisé « le tireur fou ». Des images du suspect, issues de la vidéosurveillance, avaient été diffusées lors d'un appel à témoin auquel avait répondu plus d’une centaine de personnes. Finalement, c’est un proche qui l’hébergeait qui a dénoncé Abdelhakim Dekhar et a permis son arrestation.

Si les vêtements qu’il portait lors de ces méfaits n’ont pu être retrouvés, la police a découvert « un ou des courriers » qu’il a rédigé. Ces écrits pourraient permettre de connaître ses motivations.

Lire aussi :
Un homme blessé par balles dans les locaux de Libération




Loading