Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Face à Daesh, une famille musulmane de Mossoul a risqué sa vie pour sauver du patrimoine chrétien

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 18 Octobre 2018



Face à Daesh, une famille musulmane de Mossoul a risqué sa vie pour sauver du patrimoine chrétien
Durant trois ans, dans Mossoul alors occupé par Daesh, une famille irakienne de confession musulmane a préservé à son domicile deux manuscrits de rite syro-orthodoxe, au nom de la fraternité envers leurs frères chrétiens, malgré le danger que lui fait encourir une telle action depuis 2015. Cette famille au courage incontesté a réussi à remettre récemment, rapporte Aleteia, les manuscrits à un prêtre de l’ordre des Chaldéens à Erbil.

L’histoire remonte en 2015 lorsque le groupe Daesh exerçait les pleins pouvoirs sur Mossoul. L’organisation terroriste détruisait alors le patrimoine chrétien de la région, à l’instar du monastère chaldéen de Saint-Michel à côté duquel un père de famille musulman était allé chercher du bois.

Quand deux camions de Daesh déversaient des débris en tout genre, l’homme, qui a préféré garder son anonymat, a remarqué la présence de deux livres qu’il pensait de grande valeur pour des amis chrétiens. Il les a rapidement subtilisé, conscient du sort que Daesh lui réserverait s’il venait à se faire prendre. Depuis, ce père de famille a caché les ouvrages chez lui, jusqu’à la libération de Mossoul en juillet 2017.

« Renaître et construire un avenir à partir du principe d’unité et de coexistence »

Mossoul libéré, le père de famille s’est rendu à Erbil, dans le Kurdistan irakien, à la rencontre d’un ami chrétien qui s’y était réfugié. Celui-ci l’aidait à chercher « un prêtre ou un homme de confiance » à qui remettre les manuscrits en toute sécurité.

C’est de cette manière que ces fameux ouvrages ont atterri chez le père chaldéen Paul Thabit Mekko qui a salué « le courage et l’action, et pas seulement en paroles » de ce père de famille musulman. Ému, il a estimé que l’Irak devraient apprendre, de par ce geste fraternel honorable, à « renaître et construire un avenir à partir du principe d’unité et de coexistence », à l’image des liens qui unissaient chrétiens et musulmans avant la guerre.

Profondément touché par le geste de ce musulman, le père Paul Thabit Mekko a rappelé les derniers mots de ce père de famille : « Tous les musulmans ne sont pas avec Daesh, bien au contraire. Beaucoup considèrent les chrétiens comme des frères, nous sommes prêts à risquer nos vies pour sauver un texte chrétien. » Une belle leçon de fraternité interreligieuse.

Lire aussi :
Irak : Mossoul, un champ de ruines libéré de Daesh