Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Être Noir et payer avec un billet de 500 € peut valoir une garde à vue !

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 2 Octobre 2014



Être Noir et payer avec un billet de 500 € peut valoir une garde à vue !
Un couple de Guinéens a passé 20 heures en garde à vue entre lundi 29 et mardi 30 septembre. Leur méfait ? Avoir voulu régler leurs 210 € de courses avec un billet de 500 € dans un hypermarché Leclerc de Douai.

Sans même avoir passé le billet au détecteur, la caissière à qui ils ont tendu leur billet de 500 €, persuadée qu’il s’agit d’un faux, prévient sa hiérarchie. Qui elle non plus ne passe pas le billet au détecteur. « On a des détecteurs de faux billets, mais ils ne sont pas fiables à 100 %. Il y avait de gros doutes sur ce billet, il est passé dans plusieurs mains et on a appelé la police », a expliqué un membre de la direction à La Voix du Nord.

Ni une ni deux, n’écoutant que leurs préjugés, les responsables du magasin contactent la police, qui interpelle les deux « suspects ». Le couple est placé en garde à vue, et y restera jusqu’à ce que le billet soit finalement authentifié, 20 heures plus tard. Une agence de la Société Générale de Douai, où les policiers se sont rendus mardi après l’ouverture, a immédiatement confirmé que le billet était valable.

« Les agents de Douai aussi avaient des doutes, mais seule une banque possède le matériel pour vérifier de manière sûre l'authenticité de billets. A l'heure où nous avons été saisis de l'affaire, les banques étaient fermées, nous avons donc dû attendre le lendemain », a justifié Didier Perroudon, le directeur départemental de la sécurité publique.

La direction du magasin, elle, se défend de tout délit de faciès. « On avait des soupçons sur le billet, pas sur les clients », a assuré la direction du magasin à La Voix du Nord. L’hypermarché n’aurait fait qu’« appliquer les directives » alors que de plus en plus de faux billets circulent dans la région. Les responsables ont aussi tenu à préciser qu’ils n’ont pas souvent ce genre de coupures entre les mains.

L’association Cedyfart Africa International, qui lutte contre les discriminations, ne l’entend pas de cette oreille. La présidente, Aggeex Hutin, a demandé sur France Info des excuses publiques pour le couple « humilié » et a dénoncé un « abus qui n’est pas acceptable ». « Parce que ça veut dire que tout Africain qui va se diriger dans un commerce avec un billet de 500 € va être vu comme quelqu'un qui utilise de la fausse monnaie », s’est indignée la présidente de l’association. Le couple de Guinéens se souviendra longtemps de ce passage en caisse.

Lire aussi :
Vague de racisme sur la page Facebook de l’Education nationale
La palme du racisme en Europe décernée à la France
Racisme et xénophobie explosent dans une Europe en crise
La crise économique exacerbe les comportements racistes