Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

En Turquie, Erdogan réélu plus puissant que jamais

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 25 Juin 2018



Un deuxième tour des élections présidentielles ne sera finalement pas organisé en Turquie. Dans la soirée du dimanche 24 juin, Sadi Güven, chef du Haut comité électoral turc, a annoncé, lors d’un point de presse à Ankara, que « Recep Tayyip Erdogan a remporté la majorité absolue des voix valides », soit plus de 50 % des voix dès le premier tour.

Pour le président réélu, plus confiant que jamais, « il est temps de se concentrer sur l’avenir de notre pays en laissant derrière nous les tensions de la période électorale ».

La Turquie change, pour l'occasion, de régime : cette réélection de Recep Tayyip Erdogan à la tête du pays intervient après le référendum organisé en avril 2017 validant le passage du régime parlementaire vers un régime présidentiel où les pouvoirs sont concentrés sur le chef de l’État. Un pouvoir d'autant plus fort que le parti d'Erdogan, l'AKP, obtient la majorité parlementaire de son parti.

Savourant sa victoire, Recep Tayyip Erdogan s’est adressé dans la soirée du dimanche 24 juin à ses partisans en avançant que « la Turquie, avec un taux de participation de près de 90 %, a donné une leçon de démocratie au monde entier ». Pour lui, « le vainqueur de cette élection, c’est la démocratie, la volonté nationale. Le vainqueur de cette élection, c’est chacun des 81 millions de nos concitoyens ».

Pour l’opposition turque qui a décidé, dans une alliance inédite, de faire front commun contre l’AKP, Recep Tayyip Erdogan aurait crié victoire trop tôt, en n'attendant pas la proclamation des résultats provisoires pour revendiquer sa victoire. Des accusations de fraude et de tentatives de bourrage d’urnes ont d'ores et déjà été lancées. Reste à savoir si le principal opposant de l'AKP, le parti CHP, portera plainte pour ces accusations de fraude dénoncées.

Lire aussi :
Liberté de la presse : la montée de la haine contre les journalistes dénoncée par RSF