Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Diversité : les conseils municipaux « apartheid » dénoncés

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 20 Mars 2014



A quelques jours du premier tour des élections municipales, le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) et le think tank République & Diversité ont présenté, jeudi 19 mars, les résultats d'une enquête sur la parité et la diversité dans les exécutifs municipaux.

L'étude portant sur les 50 plus grandes villes de France montre que la présence des femmes et de personnes issues des minorités reste encore limitée dans les conseils municipaux. Concernant la parité, 49 % des adjoints sont des adjointes. « Cependant, ce bilan est à tempérer quelque peu. Sur les 50 maires de ces grandes villes de France, il n'y a que 5 femmes (Lille, Montreuil, Reims, Montpellier et Aix-en-Provence) », notent le CRAN et République & Diversité.

Du côté de la diversité, le bilan est encore plus négatif avec seulement 9 % d'adjoints non blancs. Dans le détails, 92,62 % des maires ou adjoints au maire sont européens, 7,11 % maghrébins, 2,03 % noirs et 0,11 % asiatiques. De grosses disparités sont visibles entre les partis, peut-on lire dans l'enquête. « Le PC culmine à 16 %, tandis que l'UDI et l'UMP se trouvent respectivement à 5 % et à 4 % d'adjoints issus de la diversité ».

On retrouve ainsi des municipalités de gauche dans le haut du classement des villes représentant le mieux la diversité dans leur conseils municipaux. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Nanterre (Hauts-de-Seine), dirigés par des maires communistes, sont premier et deuxième, suivis par Argenteuil (Val d'Oise) et Roubaix (3e ex-aequo) pour le PS, et Montreuil (5e) dirigé par l'écologiste Dominique Voynet.

A l'opposé, les auteurs de l'étude pointent du doigt 11 « exécutifs municipaux apartheid » qui ne comptent que des adjoints blancs. Ils se répartissent presque équitablement entre le PS (Lyon, Le Mans, Rennes, Reims, Limoges et Dunkerque) et l'UMP (Courbevoie, Nîmes, Toulon, Bordeaux et Versailles). « Nous tenons à dénoncer les exécutifs "apartheid", car ils constituent une honte pour la République. C'est pourquoi nous demandons qu'un quota de 10 % soit mis en place pour les élections à venir dans tous les partis politiques. Il a fallu une loi pour obtenir la parité, il faudrait aussi une loi pour faire respecter la diversité », a déclaré Thiaba Bruni, la porte-parole du CRAN, lors de la conférence de presse de la présentation de l'enquête.

L'association a également « tenu à rappeler qu'en 2012, François Hollande a fait ses meilleurs scores en Guadeloupe (72%), à la Martinique (68,43%), en Guyane (62,05%), à la Réunion (71,49%), dans le 93 (65,32%) et parmi les musulmans (86 % selon un sondage Ifop) ». Fustigeant, les promesses non tenues par ce dernier comme celle sur le droit de vote des étrangers, le CRAN a mis en garde le PS. « Dans ces conditions, il est clair que beaucoup de ces électeurs noirs ou arabes s'abstiendront de voter PS à l'avenir, surtout si le gouvernement continue la politique du renoncement qui est la sienne », a lancé son président Louis-Georges Tin.

L'association antiraciste, qui avait déjà publié le classement des 50 villes les plus actives contre le racisme, compte offrir un « Guide des bonnes pratiques contre le racisme à l'usage des maires de France » aux candidats élus dans les 50 plus grandes villes de France à l'issue du second tour prévu le 30 mars.

Lire aussi :
Et les villes les plus actives contre le racisme sont…
Diversité : les chaînes de télévision toujours plus à la traîne
Législatives : À quand une Assemblée nationale qui représentera la diversité de France ?