Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Décès d’Ilan Halevi, intellectuel « 100 % juif et 100 % arabe »

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 11 Juillet 2013



Ilan Halevi est décédé, mercredi 10 juillet, à l’âge de 70 ans. Cet intellectuel et homme politique juif et palestinien était connu pour son engagement aux cotés du peuple palestinien.

Né en 1943 en France, l’homme d’origine yéménite a vécu en Israël où il milite dans une organisation d'extrême gauche antisioniste. Il rejoint dans les années 1960 le Fatah, le parti de Yasser Arafat, et en devient un membre haut placé. M. Halevi fut ainsi représentant officiel du Fatah en Europe et pour l'Internationale socialiste. Conseiller de Yasser Arafat, il fut également nommé vice-ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne. A ce titre, il participa à la Conférence de Madrid de 1991, qui permit de déboucher sur les accords d'Oslo en 1993. L'échec du processus de paix n'aura pas poussé l'intellectuel à rendre les armes et continuera à militer pour la cause palestinienne.

De confession juive, le seul à avoir occupé un poste si haut placé au sein de l'Autorité palestinienne, Ilan Halevi était considéré comme un « traître » par l’Etat d’Israël. Lui se définissait comme « 100 % juif et 100 % arabe ». Son combat s’est porté contre le sionisme, qu’il critique dans plusieurs ouvrages dont « Question juive : la tribu, la loi, l'espace » (Minuit, 1981) ou « Aller-retour » (Flammarion, 2005).

Dans un communiqué commun, le Premier secrétaire du PS Harlem Désir et le secrétaire national de l'international socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, ont salué la mémoire d'un « militant infatigable et chaleureux de la cause palestinienne qu’il défendait avec lucidité, humour et conviction », qui « a œuvré toute sa vie pour la paix entre Israël et la Palestine et pour la création d’un Etat palestinien souverain à côté d’Israël ».

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) a également tenu à saluer l’intellectuel dans un communiqué, en concluant que « la lutte pour les droits du peuple palestinien continue ».

Lire aussi :

Le Processus de Paix, à quand le réveil ?
Stéphane Hessel : un adieu national à l’indigné de la République