Connectez-vous S'inscrire






Société

Stéphane Hessel : un adieu national à l’indigné de la République

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 7 Mars 2013

Un hommage national a été rendu à Stéphane Hessel, jeudi 7 mars, une semaine après le décès de cet ancien résistant à l’âge de 95 ans. La cérémonie s’est déroulée aux Invalides, à l’initiative de l’Elysée, en présence de la famille du défunt, du président de la République, François Hollande, et de nombreuses personnalités de gauche. Retour sur la cérémonie et le discours du chef de l'Etat.



Un hommage national a été rendu aux Invalides à Stéphane Hessel, jeudi 7 mars, une semaine après le décès de cet ancien résistant à l’âge de 95 ans.
Un hommage national a été rendu aux Invalides à Stéphane Hessel, jeudi 7 mars, une semaine après le décès de cet ancien résistant à l’âge de 95 ans.
Un hommage national a été rendu à Stéphane Hessel, jeudi 7 mars, une semaine après son décès à l’âge de 95 ans. La cérémonie à caractère militaire s’est déroulée vers 10h30 aux Invalides, à l’initiative de l’Elysée, en présence de la famille du défunt, en tête de laquelle figurait sa femme Christiane Hessel, le président de la République François Hollande et de très nombreuses personnalités de gauche, dont le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, des membres de son gouvernement et des ténors du Parti socialiste.

Si Stéphane Hessel était résolument un homme de gauche ayant soutenu la candidature de François Hollande à la présidentielle de 2012 face à Nicolas Sarkozy, il ne s’était jamais empêché de critiquer la politique du gouvernement Ayrault. Tous ses combats, notamment ceux livrés en faveur des droits du peuple palestinien ou des sans-papiers, ne soulevaient en effet pas l’enthousiasme de la classe politique.

« Je me sens, par ta mort, amputé », a déclaré devant l'assemblée l'historien Jean-Louis Crémieux-Brilhac, 96 ans, ancien résistant et compagnon de route de l’indigné, qui s’est engagé à Londres auprès des forces françaises libres lors de la Seconde guerre mondiale. Son engagement contre le nazisme lui a d’ailleurs valu d’être arrêté en 1944, a-t-il rappelé. Envoyé au camp de concentration de Buchenwald, Stéphane Hessel était voué à la pendaison. Il n’a du son salut que par un échange d’identité avec un prisonnier mort du typhus. Un destin incroyable que ses contemporains saluent aujourd’hui.

La comédienne Carole Bouquet, qui a connu tardivement Stéphane Hessel à travers son engagement pour les droits de l’enfant, s’est évertuée, avec émotion, à lire un poème d’Apollinaire « La jolie rousse » que son aîné, féru de poésie, aimait tant.

Stéphane Hessel, « une conscience »

Après avoir passé en revue les troupes en compagnie Jean-Marc Ayrault et Kader Arif, ministre délégué aux Anciens combattants, et salué la famille du défunt, François Hollande, arrivé avec sa compagne Valérie Trierweiler, a prononcé un éloge funèbre.

Stéphane Hessel fut « une conscience, un grand Français, un Juste. (…) Un homme libre, libre de ses choix, libre de ses engagements, libre de sa parole, libre de sa vie. La liberté était sa passion », a-t-il déclaré face au cercueil.

« A plus de 90 ans, il aspira la jeunesse d’Europe et même au-delà, suscita les mouvements dont il n’avait jamais imaginé l’ampleur quand il lança à la face des fatalistes son slogan "Indignez-vous !". Son appel n’était pas un appel à la révolte mais à la lucidité. La pire des attitudes, disait-il, est l’indifférence. (…) Son indignation est et demeure une exigence d’action et une invitation puissante à l’engagement », a-t-il continué, saluant l’Européen convaincu qu’il fut.

Son engagement pour la Palestine, une « incompréhension »

Son engagement sans relâche pour la Palestine a aussi été cité dans le discours de François Hollande, bien qu’il généra aussi son « incompréhension » alors même que le combat en faveur de cette cause est des plus légitimes. « Ses convictions état multiples. A chaque fois qu’une liberté était bafouée, il était là ; un droit fondamental floué, il protestait, signait et défilait s’il était nécessaire; une oppression s’abattait sur un peuple, il manifestait. Il pouvait aussi porter une cause légitime comme celle du peuple palestinien, qui suscitait parfois l’incompréhension de ses propres amis. J’en fus. La sincérité n’est pas toujours la vérité, il le savait mais nul ne pouvait lui disputer le courage », a déclaré avec prudence le président à la veille de sa rencontre avec… le président israélien Shimon Pérès, dont la visite fait grincer bien des dents.

Stéphane Hessel a tout de même « contribué au rayonnement de la France, à son prestige », conclut-il, avant de saluer « un citoyen sans frontières, un Européen sans condition, un militant sans parti, un optimiste sans limites » dont le secret de sa réussite est « l’amour de l’amour ».

L’ancien diplomate est inhumé dans l’intimité familiale au cimetière parisien de Montparnasse, où de vont converger ses innombrables partisans pour lui faire un dernier salut. Nombreux en appellent désormais à l’Elysée de permettre l’entrée de Stéphane Hessel au Panthéon, où sont enterrés les grands hommes de l'Histoire de France.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu