Connectez-vous S'inscrire






Monde

Stéphane Hessel, défenseur des Palestiniens, honni du CRIF et la LDJ

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 27 Février 2013

Stéphane Hessel est mort, mercredi 27 février, à l'âge de 95 ans. De tous ses combats pour la justice internationale, l'indigné s’est illustré avec brio par son engagement en faveur des droits des Palestiniens. Un tel combat pour le respect du droit international n'est cependant pas du goût des institutions pro-israéliennes en France, à l'instar du CRIF qui lui a exprimé son mépris à l'annonce de son décès.



Stéphane Hessel, mort mercredi 27 février à l'âge de 95 ans, était connu pour son combat pour les droits de l'Homme, y compris ceux des Palestiniens..
Stéphane Hessel, mort mercredi 27 février à l'âge de 95 ans, était connu pour son combat pour les droits de l'Homme, y compris ceux des Palestiniens..
Stéphane Hessel a eu une vie bien pleine. L’ancien résistant et diplomate français est mort, mercredi 27 février, à l'âge de 95 ans. De tous ses combats pour la justice internationale, il s’est illustré avec brio par son engagement, de longue date, en faveur des droits des Palestiniens.

Sa détermination n'a jamais pris une ride. Malgré son âge avancé, il n'a pas hésité à prendre la présidence du Tribunal Russell sur la Palestine (TRP), impulsé par la société civile internationale, dès ses débuts en mars 2009. Il fut d'ailleurs présent à toutes les sessions.

Un engagement que M. Hessel a retranscrit dans son ouvrage militant « Indignez-vous ! » (Indigène Ed.) en 2010, vendu à plus de quatre millions d'exemplaires. Stéphane Hessel y dénonce l’opération israélienne « Plomb Durci » qui avait coûté la vie à plus 1 400 Palestiniens à Gaza, où il s'est rendu pour constater par lui-même les atrocités commises avec la bénédiction du gouvernement israélien. Dans la foulée de son précédent mini-livre, il écrit « Engagez-vous ! » (Ed. de L'Aube) en mars 2011 pour inviter l’opinion publique à dépasser le stade de l’unique indignation.

En signe de solidarité, il avait rejoint la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre Israël, lancée en 2005 à l’appel des Palestiniens. Autant d’actions qui ont forgé la personnalité de cet homme au grand cœur mais qui ont très vite exaspéré les soutiens indéfectibles d’Israël. Un Etat que la troisième session du TRP en novembre 2012 - période à laquelle M. Hessel a été nommé citoyen d’honneur de la Palestine - a reconnu coupable de crime d’apartheid.

« Un maître à ne pas penser » pour le CRIF

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) n’a pas mâché ses mots à l’égard de Stéphane Hessel, le jour même de son décès, quitte à verser à nouveau dans la caricature. « Il est de notoriété publique que nous étions très opposés à ses prises de position, notamment à sa volonté obsessionnelle de faire de Gaza l'épicentre de l'injustice dans ce monde et du Hamas un mouvement pacifique », a réagi le président du CRIF, Richard Prasquier, pour qui M. Hessel est avant tout « un maître à ne pas penser ».

Pour signifier tout son mépris envers M. Hessel, l’avocat franco-israélien Gilles-William Goldnadel avait fait paraître « Le vieil homme m'indigne ! », en 2012, dans lequel il accuse l’ancien résistant, survivant des camps de concentration nazis, d’être « un imposteur » qui avait une « haine obsessive » d’Israël.

« Il va sans dire que nous étions effarés par le succès de son fascicule d'une indigente indignation. Nous pensons que la mise au pavois de Stéphane Hessel, malgré ses accommodements avec la vérité historique et sa faiblesse argumentative, en dit beaucoup sur le désarroi intellectuel de notre société et sur le rôle aberrant qu'y joue le marketing des individus qu’on transforme à bas prix en luminaires idéologiques », commente aujourd'hui le CRIF, qui avait fait annuler en 2011 une conférence à l’ENS où M. Hessel devait intervenir sur BDS, l'accusant - faussement - de promouvoir l'antisémitisme.

Indignons-nous contre la LDJ

La Ligue de défense juive (LDJ), la milice ultra-nationaliste israélienne aux thèses foncièrement racistes, a carrément décidé d’insulter le défunt. « Stéphane Hessel l’antisémite est mort !!! Champagne !!! », a-t-elle écrit, mercredi 27 février, sur sa page Facebook. Celle-ci a été supprimée, les internautes l'ayant signalé en masse en raison de ce statut nauséabond.

Si une telle réaction ne surprend guère ceux qui connaissent la LDJ, elle est tout de même la marque d'un profond irrespect qui indigne au plus haut point. Cependant, les critiques, même les plus fétides, n'enlèvent rien au parcours majestueux d'un homme qui n'a jamais renié ses principes pour un shekel. Des personnalités en appellent désormais au chef de l'Etat, François Hollande, à permettre l'entrée de Stéphane Hessel au Panthéon des Grands hommes.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu